Consommer des boissons sucrées augmenterait de 18% les risques de cancer Consommer des boissons sucrées augmenterait de 18% les risques de cancer

Planète

Consommer des boissons sucrées augmenterait de 18% les risques de cancer

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 11 Juillet 2019

Une étude publiée dans la revue scientifique British Medical Journal alerte sur les dangers de la consommation de boissons sucrées. Et pour cause, elle augmenterait les risques de cancer de 18%.

Jusqu’ici, on savait que les sodas et les jus de fruits étaient liés à des risques de diabète. Mais ce qu’on ignorait, c’est que consommer ces boissons pourrait augmenter les risques de cancer de 18% et de 22% pour le cancer du sein. Ces chiffres ont été révélés dans une étude réalisée par des scientifiques de l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle Eren. Il y est expliqué que le consommateur est exposé au risque dès lors qu’il boit 100 ml par jour en moyenne de boissons sucrées, ce qui équivaut à un tiers d’une cannette de 33 cl. Et si on a tendance à surtout pointer du doigt les sodas, le rapport précise que toutes les boissons sont concernées dès lors qu’elles contiennent du sucre. Même les purs jus de fruits sans sucre ajouté.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé pendant neuf ans les habitudes alimentaires de plus de 100 000 personnes (78% de femmes et 21%). Avec ce constat sur le lien entre boissons sucrées et risque de cancer, l'Étude de recherche en épidémiologie nutritionnelle, souhaite que des mesures politiques comme des restrictions fiscales ou commerciales soient appliquées. "Les politiques de santé publique sont des politiques importantes qui peuvent permettre d’améliorer les comportements de consommation et de prévenir les pathologies cardio-métaboliques et potentiellement le cancer" explique Mathilde Touvier.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires