Climat : les tortues marines se féminisent à cause du réchauffement climatique Climat : les tortues marines se féminisent à cause du réchauffement climatique

Planète

Climat : les tortues marines se féminisent à cause du réchauffement climatique par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 26 Janvier 2019

Le réchauffement climatique pourrait bientôt être le plus grand meurtrier de tous les temps. Selon une récente étude, il pourrait avoir des conséquences dramatiques sur la survie des tortues marines vertes d’ici 2100. Explications.

Contrairement à l’Homme, les tortues, comme d'autres reptiles (serpents, lézards, crocodiles…), ont un déterminisme sexuel thermodépendant, c’est-à-dire que, chez eux, le sexe est déterminé par la température ambiante et non pas par les gênes. C’est le cas chez les tortues marines vertes chez qui, un œuf incubé dans un environnement chaud donnera plutôt une femelle, alors que leurs nids les plus froids donneront naissance à des mâles. Et à terme, ce déterminisme pourrait s’avérer être un véritable problème. Selon une récente étude menée par des chercheurs britanniques et portugais, et publiée dans la revue Global Change Biology, les changements climatiques et la hausse des températures entraîneraient un déficit de mâles considérable chez les tortues marines vertes. Une source d’inquiétude pour les scientifiques, puisqu’un tel phénomène réduirait considérablement l’espèce. Pour le moment, le ratio est de 52% de femelles, contre 48% de mâles et penche donc légèrement en faveur des premières. Une situation encore saine, mais à en croire les suggestions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), l’écart pourrait se creuser très rapidement. Si aucune politique de préservation de l’espèce n’est mise en place, la part des femelles pourraient atteindre les 76 à 93%, ce qui lui nuirait gravement. Pire encore : à cause de la hausse du niveau des mers et de l’urbanisation massive des littoraux dans certains pays, les tortues peinent à trouver des sites de pontes, ce qui réduit d’ores et déjà les naissances. Selon les chercheurs qui ont mené cette enquête, les femelles pourraient avoir beaucoup de mal à trouver un partenaire d’ici un siècle, même si l’espèce réussirait à se maintenir jusqu’en 2100. 

Dans un communiqué de presse, le Dr Rita Patricio, principale auteur de l’étude, explique que dans les années à venir, "des températures plus froides, à la fin de la saison de nidification et dans les zones ombragées, garantiront l'éclosion de certains mâles (…) mais bien que les températures croissantes conduiront à plus d'éclosions de femelles (…) la mortalité chez les oeufs sera aussi plus élevée dans ces conditions plus chaudes". Mais encore faudrait-il que les tortues survivent d’ici là. Sur les plages de l’archipel des Bijagos, où les scientifiques ont concentré leurs recherches, ces derniers ont estimé que la montée des eaux pourrait submerger 33 à 43% des sites de nidification. Une menace de plus pour les tortues marines vertes. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires