Chaque semaine, nous ingérons 5g de plastique, soit l’équivalent d’une carte de crédit Chaque semaine, nous ingérons 5g de plastique, soit l’équivalent d’une carte de crédit

Planète

Chaque semaine, nous ingérons 5g de plastique, l’équivalent d’une carte de crédit

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 14 Juin 2019

Selon un rapport commandé par le WWF à l'université de Newcastle en Australie, chaque individu ingérerait en moyenne 5 grammes de plastique chaque semaine.

Bon appétit. Ou pas. 50 articles de recherche du monde entier ont été réunis et ont permis de déterminer nos taux d'ingestion de plastique, dont 33 ont étudié la consommation de plastique dans les aliments et les boissons comme les crustacés, la bière, l'eau potable et le sel. Et le verdict est assez fou : nous avalerions environ 2 000 micro-pièces de plastique par semaine, ce qui représente 21 grammes par mois et un peu plus de 250 grammes (ou 100 000 particules) par an. "Alors que la prise de conscience grandit quant à l'existence des microplastiques et à leur impact sur l'environnement, cette étude fournit pour la première fois un calcul précis des taux d'ingestion", a expliqué Thava Palanisami, professeure à l'Université de Newcastle.

D’où provient ce plastique ? L’étude révèle que l’eau est la première source de ce plastique ingéré, que ce soit l’eau potable, les eaux souterraines, les eaux de surface, l'eau du robinet et les bouteilles d'eau. Avec 0,5 g par semaine, les mollusques et crustacés représentent également un des plus forts taux. Pourquoi ? Parce que bien souvient nous les mangeons entier et nous avalons donc leur système digestif.
WWF espère que les résultats de ces recherches "serviront de sonnette d'alarme" pour les gouvernements. "Les plastiques polluent non seulement nos océans, mais également la vie marine et les humains. Une action urgente et globale est nécessaire pour faire face à cette crise", a déclaré l'organisation. Gloups. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires