Canicule : peut-on briser la vitre d'une voiture pour sauver un bébé ou un animal ? Canicule : peut-on briser la vitre d'une voiture pour sauver un bébé ou un animal ?

Planète

Canicule : peut-on briser la vitre d'une voiture pour sauver un bébé ou un animal ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 25 Juin 2019

Tous les étés c’est la même chose : des propriétaires ou des parents inconscients, laissent leurs animaux ou leurs enfants sans surveillance en plein soleil dans leur voiture. Et bien que la morale soit du côté des sauveurs, rien dans la loi ne les protège pour autant. Zoom sur la marche à suivre si vous êtes témoins d’une telle scène.

Alors que les températures promettent de grimper jusqu’à 40°C, Météo France vient de déployer son plan alerte canicule. Mais cela n’empêche pas certains propriétaires d’animaux de compagnie, et même certains parents, de prendre le risque de laisser leur chien ou leur bébé sans surveillance dans une voiture. Une grave erreur puisqu’à cette saison, une voiture exposée en plein soleil peut vite grimper à 70°C. En moins de dix minutes, la température peut atteindre les 40°C et en période de canicule, quinze minutes d’exposition suffisent à faire grimper le mercure à 60°C. Face à un tel comportement, nombreux sont les passants qui n’hésitent pas à intervenir et à briser la vitre du véhicule pour secourir l’animal ou l’enfant en question. Pourtant, si la moral est de son côté, la loi n’est pas très claire à ce sujet.

La première chose à faire si vous découvrez un enfant, ou un animal, seul dans une voiture est d’appeler les secours immédiatement, forces de l’ordre en premier lieu puisqu’elles sont les seules à avoir légalement le droit de briser une vitre de voiture. S’il s’agit d’un chien, vous pouvez également contacter une association de défense des animaux, comme la Fondation Assistance aux Animaux, pour être sûr de la marche à suivre. Si vous estimez que la situation est urgente (l’enfant pleure, l’animal suffoque…), vous pouvez bien entendu prendre la décision de briser la vitre. Le ministère de l’Intérieur conseille alors de s’entourer de deux témoins minimum qui "pourront attester de la bonne foi si une action par le propriétaire de la voiture est intentée par la suite". Dans le cas où vous vous trouveriez dans un endroit isolé, filmez la scène avant d’agir, la justice y sera sensible si le propriétaire de la voiture décide de se retourner contre vous.

S’il s’agit d’un enfant, n’attendez pas trop longtemps avant d’agir : quinze minutes dans un habitacle surchauffé peuvent suffire à créer des dommages cérébraux et à abimer les reins définitivement. De nombreux accidents mortels sont d’ailleurs constatés tous les ans en France. Premiers concernés : les bambins de moins de quatre ans dont la température du corps peut augmenter trois à cinq fois plus vite que celle d’un adulte car ils ont du mal à la réguler et que leurs réserves en eau sont faibles. Pour les chiens aussi la situation peut très vite dégénérer. Ce sont des animaux qui ventilent très mal et qui peuvent donc facilement mourir de complications, même quinze minutes après avoir été libérés d’une voiture surchauffée, tant la chaleur de leur corps redescend lentement.

Mais si vous décidez de briser la vitre d’une voiture pour sauver un chien ou un enfant, sachez que le propriétaire peut tout à fait se retourner contre vous. L’article 322-1 du Code pénal stipule clairement que la "destruction, dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende, sauf s’il n’en est résulté qu’un dommage léger". Un conseil dans ce cas : évoquez l’article 122-7 du Nouveau Code de procédure pénal qui rend compte du "danger actuel ou imminent". Le texte indique que "la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, n’est pas pénalement responsable". Ainsi, le propriétaire ne devrait pas obtenir gain de cause, le devoir prévalant bien souvent sur le droit aux yeux de la loi.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires