Cancer du sein : les prothèses adaptées aux femmes noires doivent se démocratiser Cancer du sein : les prothèses adaptées aux femmes noires doivent se démocratiser

Planète

Cancer du sein : les prothèses adaptées aux femmes noires doivent se démocratiser par Romane Hassoun

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 8 Février 2019

Chaque année, 1500 personnes sont diagnostiquées avec un cancer du sein en Martinique. Ce qui a inspiré l’orthopédiste Sonia Guitteaud, créatrice de prothèses mammaires adaptées à la couleur de peau. Un produit indispensable, mais aujourd’hui trop peu démocratisé.

C’est dans son "showroom du bonheur", le surnom donné à son atelier par ses patientes, que Sonia Guitteaud reçoit quotidiennement des femmes touchées par le cancer du sein. Un des moments les plus difficiles dans le processus de guérison a été, pour elles, la découverte du vide laissé par l’ablation mammaire. C’est pour cette raison qu’il y a trente ans, Sonia Guitteaud a eu l’idée de fabriquer des prothèses provisoires (c’est-à-dire qu’on porte en attendant une éventuelle chirurgie réparatrice), adaptées à la couleur de la peau de chacune : métisse, dark skin (noire à la peau foncée) ou light skin (noire à la peau claire). Une démarche salutaire, l’immense majorité des prothèses provisoires étant conçues pour les Blanches, ce qui oblige les femmes racisées à porter des produits qui ne sont pas raccord avec leur carnation ou à les teindre. Ils sont pourtant essentiels dans le processus de guérison, pour des questions esthétiques mais aussi de santé, la prothèse provisoire évitant de prendre des postures entraînant des douleurs musculaires dorsales ou des maux de tête.



Dans un reportage du média Martinique la 1ère diffusé sur France Ô à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, le 4 février 2019, Alexandra Harnais témoigne de l’intérêt du projet. Présidente de l’association Amazones Martinique, qui accompagne des femmes touchées par le cancer du sein, et survivante elle-même, elle a été hospitalisée entre Nantes et la Martinique. Et c’est uniquement grâce à Sonia Guitteaud et ses prothèses inclusives qu’elle a pu en trouver une adaptée. Une situation liée à "l’invisibilité des personnes noires" dans nos sociétés, selon elle, et qui doit être corrigée rapidement. Aujourd’hui, une seule autre entreprise française spécialisée dans la fabrication de prothèses mammaires, nommée Meavanti, propose depuis 2018 des produits adaptés à toutes les couleurs de peau. L'objectif de la marque : "que toutes les femmes puissent se procurer une prothèse discrète et qui passe inaperçue."

R. H. & C. C.-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings