Braconnage : le selfie d’un ranger congolais révèle le destin tragique des gorilles des montagnes Braconnage : le selfie d’un ranger congolais révèle le destin tragique des gorilles des montagnes

Planète

Braconnage : le selfie d’un ranger congolais révèle le destin tragique des gorilles des montagnes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 26 Avril 2019

Un selfie pris par Mathieu Shamavu, un garde forestier congolais, fait le tour de la Toile depuis jeudi. Mais si le cliché, qui le montre en compagnie de deux gorilles à l’attitude quasi-humaine, semble amusant, il raconte surtout le destin tragique de cette espèce menacée d'extinction.

A première vue, le selfie prête à sourire. Dessus, on y voit le garde forestier Mathieu Shamavu flanqué de deux gorilles des montagnes, dans le parc national Virunga, en République Démocratique du Congo. La photo, postée le jeudi 18 avril 2019 avec le commentaire "Une journée ordinaire au bureau", est rapidement devenue virale, les internautes s’amusant de l’attitude presque humaine des deux animaux.

Mais la réalité qui se cache derrière est bien plus triste, comme l’a expliqué Mathieu Shamavu sur les réseaux. En effet, lui et les autres gardes forestier.e.s du parc (appelé.e.s aussi rangers), ont pour mission de veiller sur les grands singes. Selon Le Parisien, ils.elles sont aujourd’hui 601, qui patrouillent sur les 8000 km2 du parc National Virunga. Un lieu classé au patrimoine mondial de l’Unesco, qui abrite d’autres espèces menacées par les humains, comme les éléphants et les lions.

Mais les rangers ne sont pas les seuls à se déplacer dans cette immense zone : des milices, dont le total représente 8000 hommes, braconnent les animaux et plus généralement, pillent les ressources naturelles, comme le charbon ou le poisson. Et pour maintenir à flot ce juteux business, estimé à 76 millions d'euros par an, ces groupes armés n'hésitent pas à tuer les rangers. Selon le parc Virunga, et malgré un entraînement quasi-militaire, 175 rangers ont ainsi été assassiné.e.s ces dix dernières années. Quant aux gorilles des montagnes, il n'en reste que 700 spécimens dans le monde, menacés par le braconnage, les guerres et la déforestation.

Des gorilles orphelins 

L’autre drame que raconte le selfie de Mathieu Shamavu, c’est l’impact du braconnage sur les bébés gorilles. Si les deux animaux photographiés se tiennent debout, c’est en effet parce que leur parents ont été tués alors qu’ils n’avaient que quelques mois, par des hommes cherchant à les voler pour les revendre en Asie comme animaux de compagnie. Selon le site de la BBC, les rangers ont recueilli les orphelins, qui ont grandi dans le sanctuaire Senkwekwe (le seul centre de ce type au monde, qui est situé dans le parc Virunga).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

As 2018 comes to an end, Virunga's Chief Warden, Emmanuel de Merode, shares some of the highlights and challenges that the Park has experienced this year. Please click the link in our bio to read his personal note to you, our extended family, and as always we thank you so much for being a part of our team. It has been a pleasure welcoming you on our journey into Virunga these last few weeks and we encourage you to continue to follow us this week as we meet some of the teams that are working hard to protect the Park, its wildlife and communities. And from all of us here at Virunga National Park, we wish you a safe and wonderful holiday season! #congo #drc #rdc #virunga #virunganationalpark #journeyintovirunga #teamvirunga #virginmoneygiving #giftofconservation #giving #christmas #newyear

Une publication partagée par Virunga National Park (@virunganationalpark) le

D’après Innocent Mburanumwe, directeur adjoint du parc, ces deux gorilles ont identifié les rangers comme étant leurs parents, et se sont mis à reproduire leur attitude. En se tenant sur leurs deux pattes, "ils imitent les humains", a-t-il expliqué au site de la BBC. "Un fait rare", qui donne une tout autre dimension à cette image désormais mondialement connue. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires