Black Friday 2019 : et si c’était le dernier ? Black Friday 2019 : et si c’était le dernier ?

Planète

Black Friday 2019 : et si c’était le dernier ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 30 Novembre 2019

Alors que 79% des Français.es estiment que le Black Friday est une incitation à la surconsommation, plusieurs entreprises ont elles aussi décidé de boycotter l’évènement cette année. Et il se pourrait que le gouvernement en fasse bientôt de même.

Avec le Black Friday, la course aux cadeaux de Noël édition 2019 a bel et bien commencé. Cette année encore, l’évènement devrait, selon RetailMeNot, générer 5,9 milliards d'euros, soit une augmentation de 4,1 % par rapport à 2018. Et pour cause, rien qu’en France, 86% des citoyen.ne.s ont prévu de bénéficier des promotions en pagaille bien qu’ils/elles soient 79% à estimer que l’événement pousse à la surconsommation. Une prise de conscience lente mais salutaire pour la planète qui subit tous les ans ce vendredi de plus en plus noir. 

Directement importée des États-Unis en 2013, la pratique coûte cher à l’environnement. Heureusement, certain.e.s se battent pour la faire interdire. Ce 29 novembre 2019, les militant.e.s d’Extinction Rebellion, des écologistes qui prônent la désobéissance civile, ont mené plusieurs actions d’ampleur un peu partout en France. Toute la journée, ils/elles ont bloqué plusieurs grands magasins et supermarchés. Et ils/elles ne sont pas les seul.e.s à avoir pris position contre le Black Friday. Plusieurs enseignes françaises ont également boycotté l’évènement via des campagnes comme Black For Good, Make Friday Green Again ou encore Block Friday.

Un engagement citoyen qui va dans le sens de l’amendement au projet de loi anti-gaspillage proposé par la députée Delphine Batho et adopté dans la nuit du 25 au 26 novembre 2019 par la commission Développement Durable. Les député.e.s ont voté pour l’interdiction des campagnes promotionnelles du Black Friday dans les années à venir. Le texte prévoit de les intégrer à la catégorie des "pratiques commerciales agressives", passibles de deux ans d’emprisonnement et d'une amende de 300 000€ minimum. Il devrait être examiné par l’Assemblée Nationale le 9 décembre 2019 mais la route est encore longue. Qui dit fin de la publicité, ne dit pas fin du Black Friday

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires