Animaux : quand la course aux likes met en péril la vie sauvage Animaux : quand la course aux likes met en péril la vie sauvage

Planète

Animaux : quand la course aux likes met en péril la vie sauvage

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 23 Janvier 2019

Si on adore regarder ces vidéos virales d’animaux sauvages tantôt mignons, tantôt flippants, qui enflamment régulièrement nos timelines, l’intrusion de drônes et autres caméras est actuellement dénoncée avec force par les défenseurs des animaux. Et pour cause.

Jeudi 17 janvier 2019, la vidéo de plongeurs nageant avec un requin blanc à Hawaï devenait virale. Une rencontre impressionnante autant qu’improbable, au plus près d’un des squales les plus dangereux au monde. Ocean Ramsey, une plongeuse de l’équipe, n’a pourtant pas hésité à se prendre en photo à côté du colosse de six mètres de longs, la photo devenant virale dans la foulée de sa publication.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I waited quietly, patiently, observing as she swam up to the dead sperm whale carcass and then slowly to me passing close enough I gently put my hand out to maintain a small space so her girth could pass. I know some people criticize touch but what some don’t realize is that sometimes sharks seek touch, she swam away escorted by two rough-toothed dolphins who danced around her over to one of my @oneoceandiving shark research vessels and proceeded to use it as a scratching post, passing up feeding for another need. I wish more people would have a connection with sharks and the natural world, because then they would understand that it’s not petting sharks or pushing them off to maintain a respectable space that is hurting sharks (because trust me if she didn’t like being pet she can handle and communicate ????) it’s the wasteful and cruel practice of grabbing and catching sharks to cut off their fins (which slowly kills them) for #sharkfinsoup in a process called #sharkfinning or the wasteful #sharkfishing or #sharksportfishing If it bothers you that I touched the shark please click on one of the hashtags above and leave them a negative comment first ???? #HelpSaveSharks #SpreadAwareness #FinBanNow #bansharkfinning #Sharkfin Vid shot on my @gopro #gopro3000 #goproforacause out with @oneoceandiving with @juansharks ❤️ @mermaid_kayleigh ???? @camgrantphotography ❤️ @forrest.in.focus ???? @oneoceanresearch @oneoceanglobal @waterinspired @oneoceansharks @oneoceanhawaii @oneoceaneducation #savetheocean #sharktouch #touchingsharks #oneoceanteam #discoversharks #discoverocean #greatwhitesharkinhawaii #freedivingwithsharks #whitesharkhawaii #deadwhalehawaii #dolphinsandsharks #???????? #Hawaii #sharka ????????????

A post shared by Ocean Ramsey #OceanRamsey (@oceanramsey) on

Un succès qui rappelle celui d’une vidéo repartagée le 3 novembre 2018 par une animatrice canadienne, et qui montre un ourson luttant sur les pans d’une falaise pour rejoindre sa mère. Filmée au drone, elle avait enflammé les réseaux sociaux et été reprise par des médias du monde entier. Problème de ces images a priori adorables ? Si l’ourson était si pressé de rejoindre sa mère, c’est que le drone avait fait fuir celle-ci en volant trop près d’eux. Le petit, effrayé, avait quant à lui fait une chute de plusieurs mètres.

Quant aux images des plongeurs d’Hawaï, elles ont été vivement critiquées par des scientifiques, qui dénoncent une course aux likes perturbant des animaux sauvages. Plus grave encore : elle donne d’eux une image mensongère, ce qui peut entraîner des comportements dangereux de la part du public. "Affirmer sur les réseaux sociaux qu’on peut, sans danger, nager avec ces animaux est irresponsable", a ainsi souligné le directeur du Marine Conservation Science Institute de Californie. "Cette photo ne montre en aucun cas que les requins ne sont pas dangereux, elle montre que certaines personnes prennent de mauvaises décisions", estime de son côté le biologiste marin David Schiffman. Même si l’équipe n’a pas été attaquée, cela aurait en effet été une réaction tout à fait normale si l’animal s’était senti en danger. Et on peut aisément imaginer l’effet d’un accident, les requins étant déjà traqués en raison de leur image de tueurs sanguinaires.
De quoi nous donner envie de garder nos pouces dans nos poches la prochaine que ce type d’images apparaîtra sur nos écrans.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires