Clean Fox, Ecosia, recyclage... 8 astuces pour être plus écolo au boulot Clean Fox, Ecosia, recyclage... 8 astuces pour être plus écolo au boulot

Planète

8 astuces pour être plus écolo au boulot par Charlotte Arce

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 23 Mai 2019

À la maison, vous êtes la reine du tri sélectif et la fière propriétaire d’un lombricomposteur. Mais côté pro, ça se passe comment ? Pour ne pas bazarder votre conscience green une fois franchie la porte de votre boulot, voici huit tips qui feront de vous la Greta Thunberg de l’open space.

#1 Nettoyer sa boîte mail
Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais envoyer et archiver des mails ou discuter avec ses collègues par messagerie instantanée, c’est sacrément énergivore. Nul besoin de faire la grève des mails, il suffit, par exemple, d’éviter d’en adresser aux collaborateurs assis à 2 mètres de vous et de limiter l’envoi de pièces jointes. Vous pouvez aussi vous en remettre à Cleanfox, qui se charge de supprimer tous vos vieux messages et de vous désabonner des newsletters inutiles.

#2 Imprimer responsable
Selon l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (Ademe), chaque salarié consomme chaque année entre 70 et 85 kg de papier. Un beau gâchis quand on sait qu’une page imprimée sur six n'est jamais utilisée. Sans pour autant vous muer en Kim Jong-un des ramettes, vous pouvez adopter une attitude éco-responsable en utilisant le mode "brouillon", en imprimant en recto verso ou en réutilisant les feuilles déjà imprimées d’un côté.


#3 Mettre son ordi en veille
Ça ne sert pas seulement à cacher les contenus "not safe for work" ou le dernier épisode de Fleabag que vous matez discrétos au bureau : c’est aussi un bon moyen de faire des économies d’énergie. Paramétrez votre poste pour qu’il passe en mode veille dès 10 minutes d’inactivité (par exemple, quand vous allez boire un café) et n’oubliez pas de l’éteindre quand vous partez le soir : un ordi en veille consomme encore 20 à 40% d’électricité.

#4 Zapper les dosettes
Un volluto le matin, un ristretto après déjeuner et un lungo l’après-midi… Accro à la caféine, vous piétinez fébrilement autour de la machine Nespresso pour avoir votre dose quotidienne. Mais saviez-vous que ces petites dosettes génèrent dix fois plus d’emballage qu’un paquet classique de café ? Moins radical que le sevrage, vous pouvez opter pour une cafetière filtre ou, mieux, vous cotiser avec vos collègues pour vous offrir une Chemex, cette cafetière design qui fait aussi de l’excellent café. N’en déplaise à George Clooney.


#5 Oublier Google
Quand on veut chercher une info sur le web, on fonce tous sur Google. C’est pourtant loin d’être le plus écolo des moteurs de recherche. Il existe des alternatives pour faire un petit geste pour la planète : Lilo et Ecogine, dont les revenus permettent de financer des projets environnementaux, ou encore Ecosia, une version française qui aide à planter des arbres partout dans le monde.

#6 S’offrir une gourde
On vous voit, rouler des yeux en repensant aux gourdes de votre enfance qui donnaient à votre eau un goût de métal atroce. On vous rassure : aujourd’hui, elles n’ont plus grand-chose à voir avec ça. En verre ou en inox, elles sont garanties sans perturbateur endocrinien et permettent de limiter notre consommation de déchets plastiques. Parfait pour siroter un thé glacé au bureau sans culpabiliser de polluer les océans.


#7 Y aller mollo sur la clim’
Vous allumez la climatisation du bureau au moindre rayon de soleil ? Non seulement vous risquez de choper une rhino en plein mois de mai, mais vous contribuez à la surconsommation énergétique. Même quand il fait très chaud, veillez à ce que la clim’ n’affiche pas plus de 4°C de différence avec l’extérieur et à ce que les fenêtres soient bien fermées.

#8 Monter sur un vélo
Ras-le-bol des frotteurs du métro ou des embouteillages en voiture, et si vous enfourchiez un vélo ? Non seulement c’est plus écolo, mais c’est aussi meilleur pour la santé. Une étude de l’Insee a montré que les salariés adeptes de la petite reine ont en moyenne 15% d’arrêts maladie en moins que leurs collègues*. Sinon, vous pouvez toujours covoiturer, y aller en trottinette ou à pied. Ce sera toujours ça de gagné pour la planète.

* Insee, janvier 2017

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires