Woody Allen : sa fille adoptive s’indigne qu’il soit encore épargné par Hollywood

Woody Allen : sa fille s’indigne qu’il soit encore...

Woody Allen : sa fille adoptive s’indigne qu’il soit encore épargné par Hollywood

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Samedi 9 Décembre 2017

Suite au scandale Weinstein, de nombreux producteurs, réalisateurs ou acteurs ont été accusés de harcèlements et d'agressions sexuelles avant d'être licenciés ou poursuivis par la justice. De son côté, Woody Allen reste encore épargné. Ce que déplore Dylan Farrow, sa fille adoptive, dans les pages du "L.A. Times".

"La révolution est sélective." C’est avec ces mots que Dylan Farrow, la fille de Mia Farrow et du réalisateur Woody Allen (par adoption) dénonce l’omerta qui règne autour des agissements de ce dernier. Ce jeudi 7 décembre 2017, la jeune femme s’est exprimée dans une tribune publiée par le Los Angeles Times. Elle y exprime sa révolte en se demandant pourquoi Hollywood et la presse ignorent ses accusations faites à l'encontre du réalisateur. Pour le moment, le cinéaste n'est ni inquiété par des poursuites judiciaires, ni écarté de ses projets en cours, alors que le scandale Harvey Weinstein a permis de révéler et de mettre fin à de nombreux cas d’agressions sexuelles. Une affaire qui avait d'ailleurs été dévoilée en partie par Ronan Farrow, le frère de la victime.

En 2014, Dylan Farrow avait raconté au New York Times que le réalisateur avait abusé d’elle alors qu’elle avait sept ans. Depuis, l'Américaine continue d’accuser son père adoptif, sans jamais changer sa version. Mais maintenant que les langues se sont déliées à Hollywood, la jeune femme explique ne pas comprendre pourquoi les studios, dont Amazon, financent encore le travail du réalisateur de Match Point. "J'ai longtemps maintenu qu’à sept ans, Woody Allen m'a emmenée dans un grenier, loin des baby-sitters qui avaient été averties de ne jamais me laisser seule avec lui. Il m’a alors agressée sexuellement", écrit-elle. "Un juge lui a retiré ma garde en expliquant que des mesures devaient être prises pour me protéger", ajoute-t-elle juste après.

Et elle ne s’arrête pas là. La jeune femme s’en prend également aux actrices qui continuent de collaborer avec le réalisateur, et de vanter ses louanges dans la presse. Dylan Farrow cite notamment Kate Winslet, prochainement à l’affiche de Wonder Wheel, et Blake Lively (qui a joué dans Café Society). Deux actrices qui ont pourtant dénoncé le comportement d'Harvey Weinstein. "Il est difficile de nier la vérité, mais facile de l’ignorer", déclare-t-elle. "Cela me brise le cœur de voir des femmes et des hommes que j'admire travailler avec Woody Allen. C’était si important pour moi quand Ellen Page a dit regretter d'avoir travailler avec lui et quand les actrices Jessica Chastain et Susan Sarandon ont expliqué pourquoi elles ne le feraient plus jamais."

S'il semble que la parole s'est libérée à Hollywood, le système paraît toujours protéger certaines personnes influentes du milieu. Mais le pourront-ils encore longtemps ? 

G.V.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus