Taylor Swift accusée d'avoir mis en danger une espèce d'oiseaux protégée

Pourquoi le nouveau clip...

Taylor Swift accusée d'avoir mis en danger une espèce d'oiseaux protégée

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 1 Décembre 2015

Taylor Swift est accusée d'avoir mis en danger le pluvier guignard, une espèce d’oiseau menacée, lors du tournage de son clip "Out of the Woods" sur la plage de Bethells en Nouvelle-Zélande.

Alors que le nouveau clip Out of the Woods de Taylor Swift n’est pas encore sorti, ce dernier fait déjà scandale sur la Toile. La raison ? La chanteuse aurait "massacré" des œufs d’une espèce d’oiseau menacée en Nouvelle-Zélande, le pluvier guignard, lors du tournage de sa vidéo sur la plage de Bethells.###twitter### C’est Sandra Coney, la présidente de Waitakere Ranges Local Board (une association locale de protection des oiseaux) qui a dénoncé le "crime" sur son compte Facebook, mercredi 25 novembre 2015 : "Taylor Swift tournait à Bethells cette semaine. Elle avait la permission de venir avec seulement 2 véhicules et non pas douze (comme elle l'a fait). Nous essayons de réduire l’accès de la plage aux voitures pour une raison : il y a des bébés pluviers guignard. La chanteuse et son staff n’ont pas respecté l’environnement et les conditions de l’accord".

Face aux accusations, la boîte de production Cherokee Films (chargée de réaliser le clip) s’est expliquée dans le magazine Ace Showbiz, vendredi 27 novembre 2015 : "Taylor Swift et son management ne sont pas en tort et n’ont rien fait pour violer les permissions accordées. Cherokee Films ont filmé de nombreuses fois à Aukland, Bethells inclus. Notre tournage a toujours été guidé par les autorités locales. Nous n’avons jamais filmé près de l’habitat des pluviers guignards donc aucun d’entre eux n’ont été blessés". Le staff de la chanteuse a également précisé qu’il acceptait de faire un don aux associations néozélandaises de la défense des oiseaux.

 

Marie Clergeot

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus