Jussie Smollett victime d'une agression Jussie Smollett victime d'une agression

News

Jussie Smollett : une agression homophobe mais aussi raciste par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 30 Janvier 2019

Dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 janvier 2019, l'acteur Jussie Smollett a été violemment agressé en pleine rue, et des insultes homophobes, mais aussi racistes, ont été proférées à son encontre. Un phénomène nommé intersectionnalité.

C'est l'info qui choque le Web depuis hier : dans la nuit de lundi 28 au mardi 28 janvier, l'acteur Jussie Smollett, alias Jamal Lyons dans la série Empire, a été victime d'une violente agression dans les rues de Chicago. La police a confirmé que deux personnes l'avaient attaqué en criant "Tu es cette pédale de n**** d’Empire"  et "MAGA" (pour "Make America Great Again", célèbre slogan pro-Trump). Toujours selon les autorités, les assaillants lui ont jeté une "substance chimique d'origine inconnue au visage" et ont passé une corde au cou l'acteur. Si cette annonce a soulevé une vague légitime d'indignation sur les réseaux sociaux, de nombreux.ses internautes ont aussi souligné un point important : cette agression est à la fois homophobe et raciste


Au-delà du caractère odieux de l'attaque contre Jussie Smollett, celle-ci illustre en effet le concept d'intersectionnalité. Un terme forgé par l'universitaire afro-féministe Kimberlé Crenshaw, pour désigner les oppressions cumulées que vivent les personnes issues de plusieurs minorités à la fois. Ici, un homme Noir et gay, ou, par exemple, une femme portant le voile et lesbienne, ou encore, une personne trans non-blanche. Des internautes rappellent régulièrement combien cette notion est essentielle pour comprendre les mécanismes d'opression qu'ils.elles subissent, car ils n'obéissent pas à des règles de simple "cumul", mais bien à des mécanismes propres.

Aya Nakamura, par exemple, subit la mysoginoire, une discrimination que vivent d'autres femmes noires de façon systémique, et qui se manifeste entre autres par des comparaisons physiques avec des singes, ou encore des hommes. Bilal Hassani, homme homosexuel et arabe, subit également un harcèlement particulier, qui prend notamment sa source dans les représentations post-coloniales de la masculinité arabe (cataloguée ultra-virile voire violente, et à rebours des codes queer du jeune artiste). Autant de discriminations spécificiques, qu'il ne faut pas invisibiliser si on souhaite en venir à bout.

Z.P. avec C.C.-M

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings