Blake Lively révèle avoir été sexuellement harcelée par un maquilleur

News

Blake Lively révèle avoir été sexuellement harcelée par un maquilleur

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Samedi 14 Octobre 2017

Alors que les accusations d’agressions sexuelles se multiplient à l’encontre du producteur américain Harvey Weinstein, Blake Lively a expliqué, elle aussi, avoir été harcelée sexuellement par un maquilleur lors d’un tournage.

Si l’affaire Weinstein a éclaté au grand jour, il semble que le producteur d’Hollywood ne soit pas le seul à abuser de sa position auprès des actrices américaines. Dans une interview accordée au LA Times, Blake Lively a révélé avoir elle aussi fait l’objet d’agressions sexuelles de la part d’un maquilleur qui travaillait avec elle sur le tournage d’un de ses films. "Il me disait des choses inappropriées et insistait pour appliquer mon rouge à lèvres avec ses doigts", explique la jeune femme. "Une fois, je dormais sur le lieu du tournage, et je me suis réveillée, et je l’ai vu en train de me filmer. J’étais habillée mais c’était du voyeurisme et ça m’a terrifiée."

Mais le pire était à venir. Suite à ces événements, la star prochainement à l'affiche de All I See is You, a tenté d’expliquer le problème aux producteurs du film, sans succès. L’actrice a dû insister pendant pas moins de trois mois avant qu'ils n’acceptent de la rencontrer.  "Je me suis dit ‘Eh bien enfin, il vont avoir une discussion avec cet homme qui me touche tous les jours’", explique-t-elle. Mais ceux-ci avaient apparemment des problèmes plus importants à régler : "Ils m’ont dit ‘Ton chien a fait caca derrière les toilettes dans ton dressing, et notre concierge a dû nettoyer. C’est très sérieux, cela ne peut plus arriver.’"

Etant donné leur incapacité à gérer la situation, Blake Lively a finalement fait appel à son avocat. Après enquête, le maquilleur du film a été licencié, mais il a malgré tout bénéficié d’une lettre de recommandation d’un des producteurs, car "personne ne voulait qu’il y ait de mal entendu."  Un récit hallucinant.

G.V.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus