Bisexualité : pourquoi les révélations autour des Spice Girls sont dérangeantes Bisexualité : pourquoi les révélations autour des Spice Girls sont dérangeantes

News

Bisexualité : pourquoi les révélations autour des Spice Girls sont dérangeantes par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 4 Avril 2019

Des rumeurs quant à une éventuelle relation entre Mel B et Geri Halliwell, membres des Spice Girls, affolent la toile depuis fin mars. Au point que Geri Halliwell s’est sentie obligée de démentir sa prétendue bisexualité. Une affaire problématique…

Dimanche 24 mars 2019, Melanie Brown, aka Mel B, déclarait lors de son passage dans l’émission britannique Piers Morgan’s Life Stories avoir flirté et eu des relations sexuelles avec Geri Halliwell dans les années 90, alors qu’elles faisaient partie des Spice Girls. "Elle va me haïr pour ça parce qu’elle est toute chic dans sa maison de campagne avec son mari maintenant. Mais c’est un fait. C’est arrivé, on a juste rigolé, et c’est tout », avait déclaré Mel B au présentateur Piers Morgan.

Dès le 31 mars 2019 et face à l’emballement sur le Web, Geri Halliwell, surnommée "Ginger Spice", a été contrainte de démentir. Par le biais d’un communiqué, la chanteuse a affirmé que les déclarations de sa consœur étaient tout simplement fausses. En plus de l’avoir "blessée" personnellement, c’est toute sa famille qui a été touchée par les propos de Mel B.

Mais dans la foulée de ces déclarations, des rumeurs sont apparues sur la toile le 1er avril 2019, qui remettent en cause les dénégations de Geri Halliwell : selon un proche de Mel B qui a parlé au tabloïd The Mirror, Geri Halliwell n’assumerait tout simplement pas cette idylle. Ce qu’on retient surtout de l’affaire, c’est qu’affirmer qu’une personne est bisexuelle ou a eu une histoire homosexuelle/lesbienne ne peut pas se faire sans le consentement du.de la partenaire. La démarche de Mel B s’apparentant à un outing forcé – le fait de révéler l’homosexualité/la bisexualité/la transidentité d’une personnes sans son accord. Une pratique malheureusement courante, notamment dans les sphères publiques, comme les médias, la politique ou le monde du spectacle.

En France, on se souvient que Cyril Hanouna avait commenté l’orientation sexuelle du chroniqueur Matthieu Delormeau sur un plateau, sans que l’intéressé soit officiellement out ni même présent. En 2013, c’est Stéphane Bern qui avait outé un responsable UMP en affirmant "Tout le monde sait qu'il est homo, mais il dit qu'il est hétéro". L’outing est aussi parfois employé comme un moyen de pression, ou pour jeter le discrédit sur le.la concerné.e. Et si Mel B ne pensait sans doute pas à mal, il est important de rappeler que le coming-out reste avant tout une démarche personnelle.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires