Pourquoi le checke de Mbappé à un membre des Pussy Riot est un symbole fort Pourquoi le checke de Mbappé à un membre des Pussy Riot est un symbole fort

Décryptage

Pourquoi le check de Mbappé à un membre des Pussy Riot est un symbole fort par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 16 Juillet 2018

Pendant la finale de la Coupe du Monde 2018 qui opposait la France et la Croatie, quatre personnes membres des Pussy Riot ont fait irruption sur le terrain. Kylian Mbappé a checké l’une d’entre elles et ce n’est vraiment pas anodin, on vous explique pourquoi.

MAJ au 17 juillet 2018 : Le 16 juillet, les quatre membres des Pussy Riots ont été condamnés à quinze jours de prison et une interdiction d'assister à tout évènement sportif pendant trois ans, c'est la peine maximale. D'après le site MediaZona, ils ont été accusés d'avoir "gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs". 

Vous n’avez pas pu les manquer. Dimanche soir, à la cinquante-troisième minute de la Finale de la Coupe du Monde, quatre individus sont entrés sur le terrain. Trois femmes, un homme, tous vêtus d’un uniforme costume-cravate. L’une des rebelles, Olga Kurachiova, s’est même payé le loisir de faire un double check à Kylian Mbappé avant d’être (très) rapidement évacuée. Une photo a immortalisé l’instant, avant, évidemment, de faire le tour des Internets. Et elle n’a fait qu’alimenter notre amour pour Kyky, car c’est un symbole très fort. Les quatre manifestants font en effet partie du groupe activiste Pussy Riot (traduisez : l’émeute des chattes).

Qui sont-ils ?
Trois femmes membres des Pussy Riot se sont fait connaître en 2012 après avoir été arrêtées dans une église orthodoxe. A l’annonce de la réélection de Vladimir Poutine, elles avaient organisé un concert sauvage dans la Cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou et chanté une prière punk. Elles avaient ensuite été condamnées à deux ans d’emprisonnement en camp de travail pour vandalisme et haine religieuse. Elles sont maintenant connues pour organiser des performances artistiques à l’encontre des autorités russes pour dénoncer l’oppression politique et la censure en Russie. Féministes de la première heure, elles cherchent également à défendre les droits des femmes dans le pays. Et si elles ont débarqué sur le terrain hier, ce n’est évidemment pas sans but. Dans un tweet publié quelques minutes après leur arrestation, on peut y lire la liste de leurs revendications.

Traduction : 
1. Libérez nos prisonniers politiques
2. N’emprisonnez pas pour des "likes"
3. Stoppez les arrestations illégales pendant les manifestations
4. Autorisez la compétition politique dans le pays
5. Ne fabriquez plus d’accusations criminelles en mettant des personnes en prison sans raison valable
6. Transformez les policiers terrestres en policiers célestes. Comprenez : favorisez la bienveillance au détriment de la violence.

Le joueur de 19 ans cherchait peut-être simplement à détendre l'atmosphère, mais a permis, d'une certaine manière, à ce que leur cause soit reconnue. High Five !
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus