Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron livrent les clés de leur complicité Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron livrent les clés de leur complicité

Décryptage

Interview "A deux c'est mieux" : Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron livrent les clés de leur complicité par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 19 Juillet 2018

Fraîchement auréolés du titre de champions du monde, les deux patineurs français de danse sur glace nous ont livré les clefs de leur complicité. Premier indice : pendant l’interview, ils agitaient frénétiquement le pied gauche en même temps.

GLAMOUR : Bon, cette rubrique s’appelle "À deux, c’est mieux"...
Gabriella : Et à trois, c’est encore mieux ! (ils éclatent de rire) .

Où vous êtes-vous rencontrés ?
Gabriella : À Clermont-Ferrand, on était dans le même club. Ma mère nous entraînait à l’époque. On a commencé à faire du couple quand on avait 9 ou 10 ans. Ça fait donc treize ans qu’on patine ensemble.

Votre séparation la plus longue ?
Guillaume : Un mois quand on était plus jeunes, et une semaine, pas plus, pendant une saison de compétition.

La figure de patinage que vous préférez faire à deux ?
Gabriella
: J’aime bien les pirouettes. C’est rigolo. Tu peux te servir du poids de l’autre pour tourner.

Et le plus compliqué à faire, alors que ça paraît simple ?
Guillaume :
Patiner l’un à côté de l’autre sans se toucher. C’est le plus difficile car on est obligés de faire la même chose à la seconde près.

Un duo de cinéma ou de série que vous appréciez particulièrement ?
Guillaume :
Oh, vous n’allez pas connaître, c’est Brett et Criquette dans Le Cœur a ses raisons.

Vous choisissez vous-mêmes les musiques sur lesquelles vous patinez ?
Gabriella
: Oui, même si on n’écoute pas forcément la même chose chacun de notre côté, on s’accorde très bien pour choisir les musiques sur lesquelles on travaille. La dernière en date, c’est la Sonate Clair de lune, de Beethoven.

Qui fait quoi mieux que l’autre ? Chanter par exemple ?
Guillaume
: Elle, peut-être, mais moi, j’ai une voix horrible !

Qui cuisine le mieux ?
Gabriella :
Lui, je fais le plus souvent des trucs horribles. Une vraie cata.

Qui tient le mieux son budget ?
Guillaume
: Elle. Je ne sais jamais combien il y a sur mon compte. Je pourrais me faire pirater ma carte de crédit que je ne le saurais pas tout de suite.

Quels sont vos petits trucs pour vous réconforter l’un l’autre en cas de pression ?
Gabriella
: Je peux connaître l’humeur de Guillaume à sa façon de bouger. Ce sont des trucs infimes. On est tellement habitués à se toucher, à se sentir, qu’un seul regard suffit pour nous comprendre.
Guillaume : Oui, le fait d’être attentif l’un à l’autre ne passe pas forcément par le geste ou la parole.

Qui a le plus d’influence sur l’autre sur le choix des tenues de scène ?
Gabriella
: Guillaume a une vision. Moi, mes idées ne sont pas toujours judicieuses ou réalisables.

Dans quelles circonstances vous arrive-t-il de dire à l’autre : "Toi d’abord" ?
Gabriella
: Quand il s’agit de parler devant un public avec un micro. Mais c’est un peu chacun son tour, selon l’humeur du moment.

Qu’est-ce que vous n’aimez pas faire ensemble ?
Guillaume
Dormir, par exemple, partager une chambre d’hôtel.
Gabriella Oh non, Guillaume, pourquoi tu dis ça ? J’aimerais tellement dormir avec toi ! (elle éclate de rire)

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus