Blanche Gardin critique la politique de Macron, le gouvernement lui répond Blanche Gardin critique la politique de Macron, le gouvernement lui répond

Décryptage

Blanche Gardin critique la politique de Macron, le gouvernement lui répond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 4 Avril 2019

Mercredi 3 avril 2019, Blanche Gardin a annoncé sur les réseaux sociaux qu’elle refusait d’être décorée de l’ordre des Arts et des Lettres. Sur Facebook, elle a expliqué sa décision dans un texte adressé à Emmanuel Macron. Le gouvernement lui a répondu.

Mercredi 3 avril, l’humoriste Blanche Gardin a dévoilé qu’elle avait reçu une proposition de la part du ministère de la Culture qui lui offrait une nomination pour l’ordre des Arts et des Lettres. Offre qu’elle a refusée pour des raisons politiques : "Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue", a-t-elle expliqué dans un texte adressé au président Emmanuel Macron publié sur Facebook.

Blanche Gardin a pu montrer au cours de sa carrière son engagement pour la cause des sans-abris, notamment le 31 mars lors de son spectacle Bonne nuit Blanche au Zénith de Paris, dont elle avait reversé les bénéfices à la Fondation Abbé Pierre et à l’association Les Enfants du canal. L’humoriste, qui se sent donc concernée, pointe du doigt les mesures du Président (la baisse des APL, la suppression de l’ISF) qu’elle juge contraire à ses engagements de campagne présidentielle. En juillet 2017, Emmanuel Macron avait déclaré que sa "première bataille" serait "de loger tout le monde dignement". À cette critique, le ministre du Logement, Julien Denormandie a, à son tour, adressé une lettre à l’humoriste sur Twitter : "Nous avons ouvert et pérennisé plus de 14 000 nouvelles places d'hébergement d'urgence, poursuit le ministre. Je ne m'en félicite pas, car cela traduit des tensions d'une intensité exceptionnelle".

Pour rappel, le nombre de personnes sans domicile fixe en France était estimé 141 500 selon une étude de l’Insee publiée en juillet 2013.

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires