Pourquoi les tailles des vêtements ne veulent plus rien dire ? Pourquoi les tailles des vêtements ne veulent plus rien dire ?

Mode d’emploi

Pourquoi les tailles des vêtements ne veulent plus rien dire ? par Pierre-Guillaume Ligdamis

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 21 Août 2019

Rien ne va plus dans les tailles des vêtements. Entre un L trop petit et un 38 trop grand, les clients sont perdus et n’arrivent plus à se repérer. Certains se révoltent même sur les réseaux sociaux car ils ont l’impression d’être dupés et exclus par les marques qui ne respecteraient pas les vraies mesures. Comment y voir plus clair ?

Sur Internet ou dans les boutiques, il est de plus en plus difficile de trouver vêtement à sa taille. Les étiquettes ne veulent plus rien dire et d’un magasin à un autre les mesures semblent ne pas être les mêmes. Selon les enseignes on a l’impression que notre 40 d’hier correspond plus à un 38 aujourd’hui, quand la taille "large" s’apparente maintenant davantage à un "small". Un problème que n’a pas manqué de soulever la blogueuse @lavieenlucie dans un tweet coup de gueule devenu viral. L’objet de sa colère : les tailles L qu’elle juge "trop petites" dans plusieurs magasins de vêtements comme Zara, Bershka ou Stradivarius. Photo à l’appui, l’internaute écrit : "@zara, vous n’avez pas l’impression d’abuser avec vos tailles. Un short L que je ne peux monter au-dessus des genoux. J’ai des formes oui, mais de là à ne même pas pouvoir rentrer dans un L ? (plus grande taille vendue sur ce modèle par ailleurs)". Un message qu’elle a conclu par : "après on s’étonne que les femmes se trouvent grosses" tout en rappelant que la taille moyenne des françaises était le 42. Si la jeune femme a dû faire face à beaucoup de réponses de haters et de body-shaming sous son tweet, celui-ci a aussi donné lieu à de nombreux témoignages de personnes qui avaient fait le même constat. Plusieurs femmes étaient d’accord pour dire que les tailles avaient l’air d’avoir rétréci et qu’il n’était plus possible de se fier aux étiquettes ou aux guides des tailles. Certaines affirment même avoir délaissé certaines enseignes pour cette raison et d’autres révèlent que cela a aussi malheureusement joué sur leur confiance en elles.



Une autre internaute @cam_sdt s’est amusée sur Twitter à comparer un jean en taille 34 acheté en 2014 à un short en taille 40 acheté en 2019 et là… Surprise : elle a pu constater que les deux modèles lui allaient parfaitement mais surtout qu’en posant les deux vêtements l’un sur l’autre on s’aperçoit que le tour de taille est exactement le même. On comprend mieux pourquoi 1 femme sur 3 rencontre des difficultés à trouver des vêtements selon l'Institut français du textile et de l'habillement.



Comment expliquer ces variations de taille qui embrouillent tout le monde ? 
Déjà il faut savoir qu’en France les réglementations sur les tailles sont assez souples et n’exigent pas d’uniformisation. Voilà pourquoi les tailles ne sont pas les mêmes dans vos magasins préférés et qu’il ne faut donc pas les prendre en référence. Si un 38 vous va chez Mango il ne vous ira peut-être pas chez H&M. Selon le site Fitzzy en fonction du fabricant mais aussi du pays "une même taille peut varier jusqu’à 10cm entre deux marques".  Il existe aussi des normes différentes en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie qui font qu’en fonction de l’origine de la marque ou du pays de fabrication les proportions peuvent varier énormément. 
À cela s'ajoute aussi l'évolution des standards de beauté, des gabarits moyens et des morphologies à travers le temps qui participent au changement des correspondances de tailles. Ainsi comme le rapporte le Washington Post une robe de taille 46 en 1958 correspond aujourd’hui à une robe de taille 38. 

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Une robe de taille 46 en 1958 correspond aujourd’hui à une robe de taille 38

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Cathy Xicluna, fondatrice du site Clickndress déclarait au Parisien que les tailles étaient aussi déterminées en fonction de la cible d’une enseigne : "un 38 ne sera pas le même si il vise les 18-35 ans ou les 45-65 ans". Elle constatait également que les femmes qui font un 36 avaient trois fois plus de choix que celles qui font du 44. On peut là aussi y voir une volonté de la part de certaines marques d’exclure les clientes rondes en les dupant sur les tailles avec des "faux" L ou XL qui n’en sont en fait pas du tout. 

Attention aussi au "vanity sizing" pratique marketing à laquelle ont recours de nombreuses marques. Cela consiste à indiquer sur les étiquettes des tailles plus petites que la taille réelle du vêtement afin de faire croire aux clients qu’ils sont plus minces qu’ils ne le pensent. Si le but est surtout de booster votre égo pour vous inciter à acheter cela participe grandement à la confusion des tailles. Résultat ? Vous serez persuadée de rentrer dans un jean en 36 alors que celui-ci est en fait un 40. Dans une autre boutique vous allez ensuite être étonnée que le 36 ne vous aille plus et vous penserez alors avoir pris du poids. 

En 2018, la marque H&M avait décidé d’ajuster les tailles de ses produits au Royaume-Uni après que la clientèle se soit plainte des mesures erronées de leurs vêtements. Les jeans par exemple étaient plus petits que ceux vendus par des concurrents à la même taille. Une situation finalement assez commune chez plusieurs marques, qui devraient prendre le pas sur ce genre de mesures et considérer davantage les retours de leur clientèle afin de déterminer un système de tailles plus fiable. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires