Les gens de la mode

Mode : de la case prison à la classe mannequin par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 31 Janvier 2019

De la prison à la fashion, il n’y a qu’un pas. Jeremy Meeks, Mekhi Alante Lucky ou encore Slick Woods, retour sur l'incroyable destin de ces mannequins passés par la case prison. Comme quoi, il y a toujours une seconde chance dans la vie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Deep in thought..... @fashionnovamen

Une publication partagée par JEREMY MEEKS (@jmeeksofficial) le

 

#1 Jeremy Meeks, repéré grâce son mugshot

Repéré après la publication de son "mugshot" en 2014, pris lors de son arrestation pour port d’arme illégal, Jeremy Meeks a créée le buzz sur les réseaux sociaux au point d'être surnommé le "Hot Mugshot Guy".  Alors qu’il est encore incarcéré, l'agence de mannequins White Cross Management à Los Angeles lui offre son premier contrat. Lors de sa sortie en 2017, il défile pour la première fois à New York pour la marque Philipp Plein. Depuis, il multiplie les apparitions pour la griffe allemande et défile aussi pour Tommy Hilfiger

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Flex Shot by @silasvassarthe3rd

Une publication partagée par Mekhi Lucky (@officialmekhilucky_) le

 

#2 Mekhi Alante Lucky, le prisonnier aux yeux revolver

En 2017, c’est le portrait de taulard de Mekhi Alante Lucky qui attire les regards, notamment grâce à son œil vairon. Ce qui lui vaudra le surnom de "Prison Bae". Vol, excès de vitesse, résistance à un agent des forces de l’ordre et agression sur une femme, il a été arrêté cinq fois entre avril et décembre 2016. À sa sortie de prison, ce dernier se rachètera une conduite en signant chez St. Claire Modeling, une agence de mannequins new-yorkaise. Depuis, il compte de nombreux shootings à son actif et a été repéré sur le podium d'Helmut Lang en 2018. 

 

#3 Slick Woods, de la prison à égérie Fenty

Simone Thompson aka Slick Woods, qui a fait de la prison à l'âge de 18 ans pour homicide involontaire, est devenue l’égérie Fenty Beauty et a défilé enceinte pour Rihanna à la dernière Fashion Week de New York. En enchaînant, juste après le show, avec un passage à l’hôpital pour accoucher d’un petit garçon. Comme quoi, tous les chemins (même les plus sinueux) mènent à la mode.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings