Mode : des mannequins atypiques défilent à Paris pour promouvoir le mouvement « body positive » Mode : des mannequins atypiques défilent à Paris pour promouvoir le mouvement « body positive »

Les gens de la mode

Mode : des mannequins hors normes défilent à Paris pour promouvoir le mouvement « body positive » par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 16 Septembre 2019

Ce dimanche 15 septembre 2019, une centaine de mannequins brisant les canons habituels de beauté ont défilé à Paris pour promouvoir le mouvement "body positive" afin de dénoncer le culte de la minceur.

Mannequins gros, minces, petits et grands ont défilé aux côtés de mannequins du sexe opposé ce dimanche 15 septembre à Paris, devant la fontaine Stravinsky. Vêtus de robes noires et de lingerie sexy, tout comme les hommes, ils ont fait le show devant des centaines de passants, touristes, proches, venus les soutenir. Le plus âgé avait 65 ans. "Nous avons une diversité de dingue", a déclaré le mannequin Georgia Stein, à l'initiative de cet événement. 

Initié par Georgia Stein en 2018, hôtesse de l'air et mannequin plus size, ce défilé avait lieu pour la troisième année consécutive. L'objectif : dénoncer l'uniformisation imposée par l'industrie de la mode. "Au début, c'était compliqué d'assumer un nouveau corps, le ventre, les cuisses, les fesses, la poitrine. J'ai dû changer mon style vestimentaire et, en quelque sorte, mon identité. Mais je suis une personne assez forte, exubérante, je m'y suis faite très vite", raconte-t-elle à l'AFP. 

Inspirée par les militantes américaines du "body positive", Georgia Stein se bat pour ces femmes qui ne rentrent pas dans les cases. "En France, étant donné que la population est plus mince qu'aux États-Unis, la mentalité et la tolérance face au surpoids sont totalement différentes. Aux États-Unis, il est courant de voir une femme de taille 50 porter une robe moulante avec des talons, un décolleté. Ici vous ne verrez jamais cela", fait-elle remarquer. Même si le nombre de mannequins grandes tailles est moins élevé en France qu'aux Etats-Unis, les lignes commencent à bouger souligne Georgia Stein : "Il y a plusieurs marques qui ont changé leur stratégie marketing et ont plus de diversité (...) Certaines ont fait de la récupération par rapport à ce mouvement, qui est tendance en ce moment (...), elles disent vouloir habiller toutes les femmes, mais en fait leur lingerie s'arrête à une taille relativement petite", souligne Georgia Stein. "Néanmoins je trouve cela important, il y a une évolution. Tout ne peut se faire du jour au lendemain, il faut attendre, c'est comme dans tous les combats qui ont été menés". Doucement mais sûrement.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires