Fashion Week de Paris : et si l’upcycling était la nouvelle tendance à suivre ? Fashion Week de Paris : et si l’upcycling était la nouvelle tendance à suivre ?

Les gens de la mode

Fashion Week de Paris : et si l’upcycling était la nouvelle tendance à suivre ? par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 27 Février 2019

Pendant la Fashion Week parisienne, la créatrice Marine Serre a choisi de présenter sa nouvelle collection dans une cave à vin à Issy-les-Moulineaux. Un choix radical pour un parti pris global : ponchos, robes hybrides et bijoux, plus de la moitié des pièces présentées étaient issues de l'upcycling - la valorisation de produits dont on n'a plus l'usage - pour ce défilé "post-apocalypse" qui cherchait à interpeller sur l'écologie.

"Les crises écologiques et les guerres climatiques sont en train de détruire les derniers vestiges de la civilisation telle que nous la connaissons", insistait la créatrice Marine Serre dans son communiqué de presse. Munis d'une coquille d'huître en guise d'invitation, les invités au défilé marchaient dans un tunnel éclairé par des lumières vertes avant d'arriver dans les caves à vin d'Issy-les-Moulineaux, loin des lieux communément choisis pour les défilés de mode

Baptisée "Radiation", cette collection engagée est basée sur la réutilisation et réinvention de pièces promises à la poubelle : ponchos fabriqués à partir de couvertures recyclées, robes constituées de vieux foulards ou de coquillages et bijoux en bois. À l'heure où la mode se voudrait plus éthique et plus écologique, Marine Serre pourrait devenir l'une de ses meilleures ambassadrices. Sa première collection, qui avait défilé en février 2018, comportait déjà 30% de pièces upcyclées et la seconde, présentée en septembre dernier, 45 %. "L'apocalypse peut être positive pour stimuler la création, des coquilles ou du bois flotté, cela ne coûte rien", expliquait en backstage la créatrice lauréate du prix LVMH 2017.

Pour cette ancienne stagiaire passée par les maisons Alexander McQueen et Balenciaga, la mode de demain devra miser sur le recyclage. "C'est un défi énorme d'être durable, l'équipe travaille sur cet aspect: recycler, le faire de façon correcte et pour que cela ait l'air parfait dans les boutiques" a-t-elle ajouté. Pour information, cette visionnaire a failli devenir professionnelle de tennis, avant d'échouer aux pré-sélections de Roland Garros. Une aubaine pour la mode. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires