Mode : 5 nouvelles matières écologiques aussi innovantes que surprenantes Mode : 5 nouvelles matières écologiques aussi innovantes que surprenantes

News

Mode : 5 nouvelles matières écologiques aussi innovantes que surprenantes par Pierre-Guillaume Ligdamis

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 20 Septembre 2019

Alors que les produits de mode éco-responsables s’imposent de plus en plus dans les dressings de nombreux consommateurs, on voit aussi apparaître de nouveaux matériaux innovants et plus écolos qui interviennent comme des parfaits substituts à des matières polluantes et peu éthiques comme le cuir, les peaux exotiques ou les textiles issus de la pétrochimie.

Vous n’auriez jamais pensé pouvoir un jour vous pavaner avec un sac en cuir de raisin ou de champignon ou encore enfiler des baskets conçues à partir de fibres d’ananas et pourtant ce sont très certainement les matériaux qui feront la mode de demain. Plus innovantes et non pas moins esthétiques, si ces matières se révèlent souvent des plus surprenantes elles sont aussi plus responsables, plus éthiques et moins polluantes. En voici 5 à découvrir.  

#1 Le cuir d’ananas  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Piñatex® by Ananas Anam (@pinatex) on

A partir des fibres extraites des feuilles des ananas, il est possible de recréer grâce à un traitement industriel une matière proche du cuir. Celle-ci porte même un nom : le Piñatex.  Mis en lumière par la créatrice espagnole Carmen Hijosa qui était l’une des premières à la commercialiser, cette matière était en fait déjà utilisée depuis des années en artisanat aux Philippines. Comme le Piñatex provient d’un sous-produit de la culture de l’ananas il est donc complètement écologique, biodégradable et peu couteux. De nombreuses marques comme Puma l’ont déjà adopté pour en faire des sacs ou des baskets.

#2 Le cuir de raisin

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

PART 3. Nous avons découvert il y a quelques mois le cuir végétal, il en existe plusieurs types : cuir d’ananas, de champignon, d’algue, de thé … Mais également de raisin ! Nous sommes toutes les deux originaires de France, nous avons grandi dans cette culture dont le vin et la culture du raisin sont un pilier. Nous avons donc été de suite intéressées par le cuir de raisin dont la qualité et la couleur pourpre nous ont séduites. Mais au-delà de nos goût et sensibilité personnelle nous voulions vous proposer un matériel unique que nous pouvions développer en économie circulaire. Quelles différences avec du cuir animal ? La différence principale c’est que votre sac ne vient pas d’un animal. Le cuir de raisin est aussi résistant que le cuir animal, il s’use de la même façon et se présente sous le même aspect que du cuir lisse. D’une couleur naturelle pourpre il peut également être teinté grâce à des pigments naturels. #lespetitspépins #cuirderaisin #entrepreunariat #handbag #vegan #story

A post shared by Les Petits Pépins (@lespetitspepins) on

C’est l’idée d’une petite société italienne nommée Vegea : créer un matériau avec les résidus issus de la viticulture. De quoi donner naissance -grâce à la transformation des grains, des tiges et des peaux des raisins- à un cuir végétal lisse et résistant qui peut être utilisé, selon la marque, aussi bien dans la mode que par les fabricants de mobilier et l’industrie automobile. 

#3 Le cuir de champignon 

Baptisé Muskin (contraction de  "mushroom" et "skin"), ce matériau est en fait réalisé à partir de la peau extraite du chapeau des champignons et s’apparente à de la peau de chamois. Et si les peaux tannées nécessite d’être traitées par l’utilisation de produits chimiques ce n’est pas le cas de ce cuir de champignon. Il est en fait naturellement respirant et déperlant, c’est-à-dire qu’il absorbe l’humidité puis la libère. Pratique pour fabriquer des semelles de chaussures, des ceintures, des bracelets de montres ou des sacs à main. 

#4 Le cuir de poisson

Au lieu de les jeter, les peaux de poissons peuvent être elles aussi transformées en cuir. La preuve qu’il est possible de donner une seconde vie aux déchets de l’industrie alimentaires. Après avoir été traitées, tannées, teintées et séchées, les écailles d’un saumon, d’un esturgeon ou d’une anguille deviennent des alternatives parfaites aux peaux exotiques grâce à un rendu proche du crocodile ou du lézard. Un matériau souple et résistant qui se veut donc plus haut de gamme et qui sera surtout valorisé en maroquinerie.

#5 Du tissu en fibres d’agrumes

Toujours dans une optique zéro-déchet, la société Orange Fiber s’est spécialisée dans la fabrication de tissus à partir de fibres d’agrumes issues des déchets de l’industrie du jus de fruit. Ces résidus permettent ensuite de créer une texture similaire à de la soie. En 2017 la maison Salvatore Ferragamo s’était même associée à Orange Fiber afin de créer une collection capsule de vêtements alternatifs réalisés à partir de fibres d’agrumes.  

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires