Christian Louboutin n’a pas le monopole des semelles rouges

News

Christian Louboutin dément avoir perdu le monopole de ses semelles rouges

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 7 Février 2018

Dans un communiqué publié ce vendredi 9 février 2018, Christian Louboutin a tenu à réagir aux commentaires affirmant qu'il avait perdu le monopole de ses semelles rouges.

Mise à jour du 10/02/2018 : Suite aux nombreux articles parus sur le Web affirmant que Christian Louboutin n'avait plus l'exclusivité sur ses semelles rouges, la marque a tenu à démentir, insistant sur le fait que cette décision venait, au contraire, "supporter sa validité et non la remettre en cause". Dans un communiqué, le chausseur français rappelle que sa couleur rouge est avant tout née de ses efforts marketing : " Appliquer l’avis de Monsieur Szpunar à notre affaire ne fait que confirmer la validité de notre marque puisque la forme de la semelle sur laquelle est appliquée le fameux rouge Christian Louboutin n’a aucune valeur intrinsèque. Quant à la couleur rouge appliquée sur les semelles de nos souliers, elle tire toute sa valeur des efforts marketing de notre société et du fait que le public associe cet usage du rouge sur des semelles de souliers à talons à notre maison." En clair, la marque assure que la décision de l'avocat général de la Cour de Justice de l'Union européenne renforce ses droits. 


Nabilla et Kim Kardashian, grandes fans de Christian Louboutin ne vont pas apprécier cette nouvelle. Ce mardi 6 février 2018, Maciej Szpunar, l'avocat général de la Cour de Justice de l'Union européenne a estimé que "la combinaison de la forme, la semelle, et de la couleur, peut être exclue de la protection pour une marque." En clair, Christian Louboutin n'a plus le monopole des semelles rouges. Cette "affaire" a débuté en 2013, quand la société néerlandaise Van Haren, qui concevait aussi des chaussures à semelle rouge, a saisi le tribunal de La Haye, aux Pays-Bas, après avoir été attaquée par Louboutin pour contre-façon.

Alors, la marque parisienne va-t-elle devoir liquider à prix réduit son stock d'escarpins à semelle rouge ? On ne serait pas contre. 


G.V.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus