Pourquoi se passionne-t-on autant pour les pâtes ? Pourquoi se passionne-t-on autant pour les pâtes ?

Food

Pourquoi se passionne-t-on autant pour les pâtes ? par Jennifer Padjemi

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

6 minutes

Publié le Jeudi 1 Novembre 2018

Qui n’a jamais acheté ce paquet de pâtes à moins d’un euro au supermarché du coin lors d’une fin de mois difficile ? Pendant longtemps, les pâtes étaient considérées comme un plat facile et pas cher, accompagné du premier fromage tombé sous la main. Les temps ont changé.

Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de restaurants italiens à Paris et les listes des "meilleurs italiens" qui vont avec, faisant de l’Italie et de l’un de ses mets traditionnels, des incontournables pour tout amateur de bonne nourriture. D’ailleurs, tous les 25 octobre, et ce, depuis vingt ans, on célèbre le World Pasta Day. Une manière de rendre hommage à ce plat, qui se dispute l’origine entre les Italiens et les Chinois. Il y a même un concours organisé depuis sept ans par le géant italien Barilla, pour mettre en lumière le ou la cheffe qui sera élu le "Master of Pasta". Cette année, c’est une femme (pour la première fois), Carolina Diaz, qui a remporté le concours, revisitant le fameux "Spaghetti al pomodoro" (huile d’olive, tomate, basilic) à sa manière.

Mais comment un plat aussi simple que des "pâtes aux tomates" a pu se retrouver en finale d’une compétition, qui réunit quelques-uns des meilleurs chefs du monde entier ? Papardelles, farfale, linguine, orecchiettes, ou penne, on les trouve partout depuis quelques années, sous toutes les formes et ce dans les meilleurs restaurants de France. Pour Ghuilem Mallisen, Youtubeur (Hangover Cuisine) et animateur du podcast Bouffons, la "hype" autour des pâtes fait naturellement partie de la vague des plats dits "basiques" : "C'est arrivé avec le burger, c'est arrivé avec la pizza, et effectivement avec les pâtes. Je pense qu'il y a un truc à regarder du côté des chefs qui ont aussi eu envie de montrer qu'on pouvait servir des pâtes à 15 euros et que ce soit justifié. Même si j'avoue qu'il manque à Paris un endroit où les pâtes ne sont pas chères."

Une pâte, mille possibilités
Thomas Asti, chef au Café Terroir à Lyon (qui faisait partie du championnat du monde de pâtes) et à la double nationalité française et italienne, estime que ces prix souvent élevés se justifient par les ingrédients qu’on peut lui accorder. "Comme c’est un produit assez neutre et simple, on peut le transformer en quelque chose d’exceptionnel, avec des possibilités infinies." Effectivement, ce primo piatto (premier plat), ancré dans la culture italienne, a toujours eu ce côté prestigieux, une fois dégusté en dehors de chez soi. "J’ai l’impression que les restaurants italiens (hors pizzeria) ont toujours voulu avoir un certain standing avec des tarifs élevés, des nappes blanches et des serveurs en costard", souligne Ghuilem Malissen.

Ça c’était avant le boom des restaurants italiens branchés sous l’impulsion du groupe Big Mamma, qui a fait de l’Italie son cheval de bataille, avec tout ce qu’il y a de folklore et d’accent italien. Avec pas moins de sept "trattorias" à leur actif, les pizzas sont souvent à l’honneur, mais les pâtes, dont la fameuse recette à la truffe, rendent ce met hautement désirable, loin de l’imaginaire du plat qui se mange entre amis, en famille, ou complètement bourré en rentrant de soirée à 5h du mat (les meilleures ceci dit). Comme le rappelle Guilhem, "les restaurateurs, souvent italiens d’ailleurs, se sont rendu compte que chez eux, on est prêt à payer quelque chose qui ne coûte rien, donc pourquoi se priver." Ajoutant qu’en France, il n’y a "pas de juste milieu, quand on pense aux pâtes. Soit c’est un plat préparé rapidement à la maison, soit c’est une assiette à 15 euros."

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mieux qu’un date tinder (cool pic by @thainarasalomao) #obermamma #trufflepasta

A post shared by BIG MAMMA (@bigmammagroup) on

Des millenials et des pâtes
Quoiqu’il en soit, les pâtes sont partout. Du restaurant cool qui joue la carte de l’Italie à fond, au personnage de série (Master of None) qui ne rêve que d’apprendre à faire des pâtes fraîches dans un petit village toscan, en passant par des articles consacrés à la "vraie recette italienne de la carbonara" et également des mèmes sur le sujet. Les pâtes ont fait leur entrée officielle dans la pop culture, se faisant le relief d’un fantasme autour du pays, et des clichés qui vont parfois avec. Sur Instagram, le réseau social préféré des foodistas, le hashtag #pasta est l’un des plus utilisés avec près de 16 millions de partages. Bref, les pâtes sont à la mode, se mangent à toutes les sauces et se plient même aux régimes alimentaires des uns et des autres (intolérants au gluten, végans etc.).

Reste à savoir si cet engouement qui court depuis plusieurs années déjà, n’est qu’une simple tendance ou si cet intérêt n’est qu’une manière de lui donner encore et toujours plus ses lettres de noblesse ? En attendant de trouver la réponse définitive, les amateurs de la première heure pourront faire un tour au Musée des pâtes à Parme, pour en savoir plus sur ses origines et son développement dans l’histoire gastronomique.

3 adresses pour manger de bonnes pâtes en France :
La Bellezza Big Mamma, 126 Rue Esquermoise, 59800 Lille
Passerini, 65 Rue Traversière, 75012 Paris
Ida, 117 Rue de Vaugirard, 75015 Paris

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus