Paris : 4 restaurants asiatiques ultra-branchés et super bons Paris : 4 restaurants asiatiques ultra-branchés et super bons

Food

Paris : 4 restaurants asiatiques ultra-branchés et super bons par Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 27 Mars 2019

Si comme nous, vous avez une passion pour les aubergines gratinées au miso, cet article est fait pour vous. Double Dragon, Ran, Steam Bar et Petit Bao, voici les cantines asiatiques si bonnes qu’elles méritent de faire la queue pour y manger.

Pour une cuisine comme à Hong Kong : Steam Bar
Après le succès de Blueberry, voici son petit frère : le Steam Bar. Le soir, ce restaurant éclairé à la lumière rouge interpelle dès la rue avec son ambiance feutrée et sa jolie décoration. Comme son nom l’indique, la carte revisite la cuisine vapeur. Dans l’assiette, cela donne des raviolis dont les délicieux Black Peal (hakao gambas, gingembre, basilic thai, bouillon crémeux au sésame) ou encore une aubergine miso saté fondante à souhait. Une cuisine finement relevée qui donne envie de tester tout le menu ! Les cocktails ne sont pas en reste, notamment le Taipei Soul (wiskey tawainais Kavalan infusé au sésame noir, liqueur de poire, Elixir "China") tout doux, à siroter tout au long du repas. Pour terminer en beauté, misez sur la génoise vapeur Miss Malaiko, légère malgré son apparence costaude.

Le Steam Bar, 2 Rue du Sabot, 75006 Paris.

Pour une cuisine japonaise : Ran
On passe un lourd rideau en velours pour entrer chez Ran, le nouveau restaurant japonais caché dans un hôtel particulier du 8ème arrondissement de Paris. Avec sa décoration qui mêle le cadre historique à une décoration moderne, le lieu se sépare en plusieurs espaces : le restaurant, le bar et un salon à privatiser. Le menu japonais comporte des makis et plein de bonnes choses, mais on vient surtout ici pour déguster le black cod au miso, une bombe fondante qui nous a laissé un souvenir impérissable. L’aubergine gratinée au miso fait également partie des incontournable de la carte, tout comme le filet de bœuf avec la sauce béarnaise à la japonaise.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par RAN Paris (@ranparis8) le

Ran, 8 Rue d'Anjou, 75008 Paris.

Pour une cuisine comme à Shanghai : Petit Bao
Ce soir-là, il est encore tôt quand on passe la porte de Petit Bao, un nouveau restaurant qui attire l’œil grâce à une décoration percutante. Néon, de petits carreaux blancs et de murs verts… Les Instagrammeurs pourront s’en donner à cœur joie pour amasser les likes. Il est 19h, le restaurant vient d’ouvrir, mais il ne reste plus beaucoup de places libres. Après un accueil souriant, on commande les aubergines au soja et la spécialité de la maison : les baos. Deux variantes sont proposées, les xiǎolóngbāo servis par cinq (des petits raviolis fourrés avec de la viande et une soupe) et les baozi servis par deux (des petits pains cuits à la vapeur et fourrés). Il existe même deux versions sucrées pour le dessert, avec un cœur à la crème aux œufs ou façon profiterole avec une glace à la noix de coco et un coulis de chocolat. Un dîner sans-faute, ce qui peut expliquer que de nombreuses personnes faisaient le pied de grue devant le restaurant pour attendre une table lors de notre départ.

Petit Bao, 116 Rue Saint-Denis, 75002 Paris.

Pour une cuisine asiatique au sens large : Double Dragon
Couronnées du Fooding d’honneur, les sœurs Tatiana et Katia Levha sont aux manettes de trois adresses : Le Servan, le café de l’hôtel Panache et Double Dragon. Victime de son succès, ce dernier restaurant (qui ne prend pas les réservations) est pris d’assaut par les Parisiens qui n’hésitent pas à attendre de longues minutes dans le froid pour avoir une table. Ce soir-là, pas plus d’une quinzaine de minutes ont été nécessaires pour accéder au graal. Rien d’excessif donc. La carte réduite mise sur le partage. Si les concombres glacés à la citronnelle sont décevants, le reste est à la hauteur de nos attentes, notamment les aubergines sautées et le tofu farci au comté (ultra miam). Et alors que le service est speed pour accueillir le plus rapidement les clients impatients, les serveurs (vêtus de chemisettes colorées) prennent quand même le temps de distiller leurs conseils. Seul point décevant du dîner, les desserts pas folichons (leche flan, coupe glacée, kassava cake).

Double Dragon52 Rue Saint-Maur, 75011 Paris.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires