On a testé "BuyOrNot",  l’appli gratuite qui révèle la vraie nature des produits On a testé "BuyOrNot",  l’appli gratuite qui révèle la vraie nature des produits

Food

On a testé "BuyOrNot", l’appli gratuite qui révèle tout ce qui se cache derrière les produits par Romane Hassoun

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Jeudi 27 Septembre 2018

Samedi 22 septembre, les créateurs de la plateforme collaborative I-Boycott ont lancé "BuyOrNot", une application qui permet de connaitre l’impact environnemental des produits achetés et qui dévoile les multinationales cachées derrières. Et face à l’engouement autour de cet appli, on a voulu tester. Verdict.

Premier bon point : l’application est très simple d’utilisation.Un simple scan avec votre téléphone et vous saurez tout ce qui se cache derrière le produit : impact sociétal, additifs, repères nutritionnels pour 100 grammes…Ces critères auxquels on ne pense pas lorsqu’on achète son petit pot de Nutella (premier produit acheté of course).
Après avoir scanné le code-barres, vous aurez accès à une fiche (via Open Food Facts) sur laquelle vous pourrez consulter "l’impact santé" du produit grâce à l’indicateur NOVA, qui permet à son tour de connaitre le "taux de transformation du produit". L’indice va de 1 pour les produits naturels et passe à 4 pour les produits industriels. Au total, plus de 600 000 produits sont recensés par la base de données "Open Food Facts".
Plus révolutionnaire, l’application propose "l’impact sociétal" de la marchandise pour savoir quel industriel ou quelle multinationale se cache derrière."BuyOrNot" ne s'arrête pas là. Elle affiche si l’entreprise en question est mêlée à un scandale ou visée par une campagne de boycott.


Et pour se faire une idée, voici le verdict sur les produits que nous avons pu scanner.
La bouteille de Coca Cola  indique que 32866 consom’acteurs boycottent la marque et que la boisson contient 5 additifs. En revanche, les Madeleines St-Michel n’indiquent aucun scandale  mais l’impact santé démontre également la présence d’additifs. Selon Levent Acar, chef de projet en informatique et co-fondateur de la plateforme I-Boycott, "le boycott est un bon moyen de pointer du doigt les entreprises les plus polluantes". Ce dernier voit également un moyen collectif "puissant " pour obliger les sociétés à répondre aux exigences des consommateurs.


L’application est déjà disponible sur Android et le sera d’ici quelques semaines sur Iphone.

 

 

 

 

 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus