Instagram : des scientifiques veulent bannir les thés détox des réseaux sociaux Instagram : des scientifiques veulent bannir les thés détox des réseaux sociaux

News

Instagram : des scientifiques veulent bannir les thés détox des réseaux sociaux

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 6 Février 2019

Samedi 2 février 2019, le site de la BBC publiait un article sur la dangerosité des produits minceurs dont les célébrités font la promotion, en particulier sur Instagram. Un médecin du service de santé britannique dénonce la gravité de ces posts.

Descendez votre fil d’actu Instagram et vous verrez se multiplier les photos de vos influenceur.se.s préféré.e.s buvant des thés… Dont la promesse est de brûler vos graisses. Un phénomène d'ampleur, le tag #TeaTox comptant à lui tout seul 825 011 occurences. Le professeur Stephen Powis, du très sérieux NHS (le service de santé britannique), met aujourd’hui en garde contre ces posts promouvant pilules amincissantes et autres boissons détox. Et si, depuis 2017, les célébrités sont dans l’obligation d’être transparentes avec leur communauté, en marquant si la publication est un partenariat rémunéré, rien ne les oblige à préciser que les produits mis en avant sont nocifs pour la santé.

Un vrai problème, selon Stephen Powis, qui explique qu'ils sont inefficaces, voir même "néfastes". Et il n'est pas le seul. Alisa Vitti, nutritionniste-star aux Etats-Unis, rappelle ainsi sur son site Mind Body Green que la plupart des thés détox contiennent du séné, une plante qui aide à lutter contre la rétention d’eau. Problème : une consommation régulière de séné augmente le risque de nausées, de douleurs à l’estomac et de diarrhée. Le guarana, autre ingrédient des thés détox, peut provoquer à long terme des vomissements, de l’anxiété et des maux de têtes. Autant d’effets secondaires jamais évoqués dans les posts sponsorisés, qui évoquent au contraire un mieux-être pour le.la consommateur.trice, voire un côté healty.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#ad You guys all know I looove @flattummyco shakes. I've just restarted them (it's Day 2 today) and I’m already feeling so good. We had a huuuuge Christmas this year and between that, New Years and everything inbetween… I felt like it was impossible to fit in my regular work outs and eat healthy. But this program is giving me a kick in the right direction that I need. These meal replacement shakes are so good and they're helping me get my tummy back to flat. I’m already feeling amazing and I’m so excited for the next few weeks. Because they’re all about getting women back on track… they’ve got a 20% off sale going on right now, so if you want to start 2019 off right… trust me, you’re going to want to check them out. PS. I’m doing the chocolate program????

A post shared by Kim Kardashian West (@kimkardashian) on

Stephen Powis appelle donc les influenceur.se.s à être "plus responsables", et les réseaux sociaux, à carrément "interdire ces annonces contre la perte de poids". "Prendre toute substance qui affecte le corps, sans avis médical approprié, ni suivi, est un risque", avertit-il. Un combat mené également par des personnalités, au premier rang desquelles, l’actrice britanique de The Good Place Jameela Jamil. En 2018, elle avait lancé I Weight, un compte Insta body positive invitant les femmes à mesurer leur poids en fonction de qui elles sont : relation amoureuse, vie professionnelle, indépendance... Une vie satisfaisante n’étant pas liée à notre tour de taille, surtout s'il est obtenu en se ruinant le porte-monnaie et la santé. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by I Weigh (@i_weigh) on

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings