Détox : journaliste spécialisée en gastronomie, j’ai testé pour vous le jeûne aux Étangs de Corot Détox : journaliste spécialisée en gastronomie, j’ai testé pour vous le jeûne aux Étangs de Corot

News

Détox : journaliste spécialisée en gastronomie, j’ai relevé le défi de jeûner aux Étangs de Corot par Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Vendredi 15 Février 2019

Les Sources de Caudalie (Les Étangs de Corot à Ville d’Avray et Les Sources de Caudalies vers Bordeaux) se sont associés à La Pensée Sauvage pour lancer des cures détox. D’une durée de six jours pour le domaine en Nouvelle Aquitaine et de trois jours pour celui en région parisienne, ces séjours permettent de couper avec le quotidien et de se ressourcer au milieu de la nature. Plusieurs options s’offrent aux curistes : la détox jeune (bouillon, tisane et jus uniquement), la détox douceur (en monodiète ou en jus de fruits et légumes), la détox végétale (avec des légumes cuisinés) ou la détox gourmande (avec des repas composés d’aliments biologiques et sains). Le matin, le programme se veut sportif, avec des randonnées, du yoga et de la méditation. Tandis que les après-midis sont dédiés à la détente avec un soin et un moment relaxant dans le jacuzzi et hammam. Voici mon expérience pas à pas.

Le 15 janvier 
Lors de la conférence de rédaction hebdomadaire, ma rédactrice en chef me propose de faire un jeûne pour tester la détox des Étangs de Corot, le domaine hôtelier de Caudalie situé à Ville d’Avray (92). Réputée pour être la plus grosse mangeuse de la rédaction, et pas seulement parce que mon travail consiste à découvrir de nouveaux restaurants, j’accepte de relever le challenge sans vraiment savoir dans quoi je m’embarque. Je lui pose une seule question : "est-ce que j’aurais le droit d’amener de la nourriture dans ma valise ?". A priori, ça ne lui semble pas une bonne idée…

Le 3 février
16h00 : rendez-vous à Opéra pour prendre un taxi. Le groupe se compose d’une dizaine de journalistes et influeunceuses ou bloggueuses. "Je n’ai pas trouvé de bonbons dans le métro", se plaint l’une d’elle. Personnellement, j’ai respecté les consignes de ma rédactrice en chef et ma valise ne recèle pas de choses à manger.

17h00 : après un trajet d’environ une heure jusqu’aux Etangs de Corot à Ville d’Avray, j’arrive dans ma chambre. J’ouvre le mini-bar qui fait grise mine. Il ne se compose que d’eau pétillante et plate. Mais si je vois le verre à moitié plein, au moins, je ne risque pas de mourir de soif.

17h15 : rendez-vous avec Amar, le randonneur professionnel de La Pensée Sauvage. On me donne un jus de pomme, concombre et menthe. Je le sirote avec une lenteur incroyable pour en profiter au maximum. C’est à cette occasion que j’apprends qu’un jeûne s'anticipe. Noëlla, la naturopathe de La Pensée Sauvage, conseille des cures d’une semaine. Mais la préparation démarre plusieurs jours avant. Premiers éléments à retirer : l’alcool, le café et le sucre blanc. Viennent ensuite les protéines animales, les produits laitiers, puis les céréales pour que l’alimentation avant le jour-J ne se constitue que de légumes et de fruits.

17h30 : Amar m’explique que je vais probablement avoir mal à la tête, surtout si je bois beaucoup de café au quotidien. Au cas où, je vérifie si Deliveroo livre sur place. Soulagement, je peux commander des moules/frites si jamais j’ai un coup de mou. Et je dois bien pouvoir soudoyer un employé pour avoir une petite tasse de café si besoin.

18h00 : je fais une petite sieste avant le "dîner".

19h25 : je me réveille avec le ventre qui gargouille.

19h30 : je fais donc une détox vétégale avec des légumes cuisinés. Le chef Rémi Chambard, auréolé d’une étoile Michelin, se charge de notre "repas". Au menu : un jus carotte, betterave, citron, céleri et pomme. C'est pas le nombre d'ingrédients qui va satisfaire ma faim. Mais je ne panique pas tout de suite. Je remarque que des couverts sont disposés devant moi, je vais avoir quelque chose à manger.

19h40 : l’assiette arrive. Légumes fumés, purée de persil... Je ne vais pas m’étrangler. Mais je note la présentation qui pourrait presque me convaincre que le morceau de poireau, les deux bouts de brocolis et les trois petites carottes vont me suffire pour terminer la journée. Noëlla, la naturopathe de La Pensée Sauvage, m’explique que je devrais mâcher autant de fois que j’aie de dents, soit 32 fois (oui je les ai encore toutes). Cela permet d’activer la digestion et de ressentir la satiété plus rapidement. J’essaye, mais qu’est-ce que c’est barbant !

20h00 : cerise sur le gâteau, ce festin frugal se termine par un bouillon de légumes. Une petite cuillère de Pianto et le tour est joué. Ce liquide est un concentré de légumes et de plantes aromatiques, sources de minéraux et de protéines végétales.

20h30 : il est où le dessert ?!

21h00 : je rentre dans ma chambre sans avoir terminé le repas par une note sucrée. Je remarque une tablette de chocolat blanc dans le sac de l’attaché de presse qui accompagne le groupe. "C’est le goûter de ma fille" se défend-elle. J’ai horreur de ça, donc je n’essaye même pas de lui voler.

21h30 : une petite série et je me couche avec les poules. Le rendez-vous de demain est fixé à 7h30 et #JeNeSuisPasDuMatin. Bon à savoir : il est possible de demander une bouillotte pour calmer les crampes d’estomac la nuit.

21h45 : juste pour vérifier avant de m'endormir, je regarde le menu du room-service. Je le referme sans rien commander. Je me suis juré de ne pas tricher.

Le 4 février
6h30 : heure du réveil

7h30 : je retrouve le groupe en tenue de sport pour les réjouissances du matin.

7h40 : c’est open bar. Je bois deux ou trois tasses de tisane aux fleurs. Il me semble si loin le Caramel Macchiato du Starbucks. Les calories aussi. Et tant mieux.

7h45 : le soleil n’est pas encore levé que je démarre le cours de yoga donné par le professeur de La Pensée Sauvage Amar.

8h45 : température extérieure : -1°C, soit le meilleur moment pour tester le lota selon Amar. Cet arrosoir bleu est rempli d’eau salée. L’ustensile s’utilise la tête penchée, le menton collé au cou, pour laver le nez et les sinus. Et améliorer la respiration.

9h30 : et encore une petite tasse de tisane aux fleurs. Je sais, il ne faut pas abuser des bonnes choses, mais j’ai froid.

10h00 : c’est l’heure du petit déjeuner. Je commence à fantasmer sur des viennoiseries trempées dans un chocolat chaud. Au lieu de cela, on me sert un jus de carotte et orange, une purée de banane, du muesli dans un yaourt au lait de coco et une salade de fruits. Je découvre aussi le lait algarroba, censé remplacer le chocolat chaud. Je préfère largement la version originale.

10h15 : à l’unanimité, le groupe décide de faire l’impasse sur l’assiette de légumes prévues pour le petit-déjeuner. Finalement, c’était copieux.

10h30 : la citadine que je suis a enfilé ses plus belles baskets blanches et son plus beau legging pour aller crapahuter en forêt. Il fait toujours aussi froid dehors et je n’aurais pas dit non à une petite séance de binge-watching sous ma couette… Mais Amar semble ravi à l’idée de nous emmener nous balader.

11h00 : quand est-ce qu’on arrive ?

11h05 : quand est-ce qu’on arrive ? Il faut que j’aille faire pipi.

12h00 : quand est-ce qu’on arrive ? J’ai envie de faire pipi, j’ai faim et j’ai froid.

12h15 : mes amis m’envoient les photos de leurs déjeuners. Je crois qu’ils ont fait exprès de choisir un burger pour que je sois verte de jalousie. C’est réussi.

12h30 : Amar grimpe en haut d’un arbre avec une facilité troublante. Il se met à jouer de la flûte perché sur sa branche. Il me faut quelques secondes pour m’assurer que je ne suis pas en train d’halluciner à cause de la faim.

12h30 : enfin de retour à l’hôtel. Mon lit bien chaud me tend ses bras mais c’est bientôt l’heure de manger.

13h : c’est l’heure de mangeeeeeer. On me sert un jus de carotte, persil et concombre. Je n’arrive pas à cacher ma tristesse.

13h30 : mon assiette arrive. Je me sens aussi excitée que le jury de Top Chef à la fin d’une épreuve. Le plat parait très beau, mais je sens que ce quinoa, ces betteraves et cette purée de carotte ne vont pas me régaler. Un peu de ketchup par-dessus et la pilule passerait beaucoup mieux.

14h00 : il est où le dessert ?! Oui, naïvement, je l’attendais encore pour rien celui-là. C’est un peu mon Godot à moi.

16h00 : je sors de mon massage. On me tend une grappe de raisin. Je la savoure comme si c’était une barre chocolatée.

17h00 : j’ai une soudaine envie de fromage fondu. Je décide d’organiser un dîner avec un de mes ami le soir-même pour me récompenser de mes efforts. Comment ça, c’est une très mauvaise idée ? Après un jeûne, il faudrait reprendre nos habitudes alimentaires au fur et à mesure. La Pensée Sauvage prévoit même d’appeler les curistes pour les suivre une fois qu’ils sont de retour chez eux. Ce n’est qu’au bout du 5ème jour que le café fait son retour au quotidien, tandis que l’alcool ne peut être consommé que sept jours après la fin du jeûne.

17h30 : fin de la détox, je suis dans le taxi pour rentrer chez moi. J’aperçois un bonbon. Je me jette dessus et je me sens coupable de le manger. Comme si je bravais un interdit.

Dans un cadre naturel aussi beau que celui des Étangs de Corot, la perspective d’une retraite bien-être est réjouissante. Le fait d’avoir le choix de la cure, plus ou moins frugale, rend l’expérience moins contraignante. L'option idéale est celle des Sources de Caudalie à Bordeaux où les curistes sont acceuillis à La Chartreuse du Château le Thil, un espace séparé du reste du complexe hôtelier. L’environnement y est, en plus, exceptionnel. Durant ces deux jours de détox, je n'ai pas eu une faim de loup comme je m'y attendais. L'exercice s'est seulement révélé ardu parce que je suis très gourmande.  


Séjours à La Chartreuse du Château le Thil : à partir de 2 400€ par personne la semaine de détox jeûne, supplément forfait soins cure des Sources au spa Vinothérapie pour 2 jours 515€/personne. Séjour 1 : du 9 au 15 mars 2019 / Week-end du 15 au 17 mars. Séjour 2 : du 13 au 19 avril 2019 / Week-end du 19 au 21 avril. Séjour 3 : du 27 au 3 mai 2019 . D’autres dates sont à venir…

Séjours aux Etangs de Corot : à partir de 860€ par personne le weekend de détox douceur. Séjour 1 : du 22 au 24 mars 2019. Séjour 3 : du 24 au 26 mai 2019

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires