Qu'est-ce que le sauna vaginal et pourquoi est-ce dangereux ? Qu'est-ce que le sauna vaginal et pourquoi est-ce dangereux ?

Lifestyle

Qu'est-ce que le sauna vaginal et pourquoi est-ce dangereux ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 16 Août 2019

Cette histoire a fait le tour du web, une femme de 62 ans se serait brûlée au deuxième degré après avoir essayé un sauna vaginal, une pratique en vogue plébiscitée par les stars mais qui est en réalité très dangereuse et fortement déconseillée par les gynécologues. Explications.

En 2015 sur son site Goop, l’actrice Gwyneth Paltrow reconvertie en blogueuse lifestyle partageait à ses lectrices une de ses nouvelles lubies : le sauna vaginal. Le concept ? Vous êtes assises au-dessus d’un bain d’eau chaude infusée aux plantes médicinales afin de laisser la vapeur émise se diffuser sur vos parties intimes. Selon la star américaine, cette pratique serait efficace pour purifier et raffermir le vagin mais aussi pour réguler les hormones, améliorer la circulation et la digestion. En 2018, le mannequin Chrissy Teigen partageait même une photo d’elle sur Instagram en pleine séance de "vagina steam". Le problème, c’est que cette pratique peut s’avérer très dangereuse et est même déconseillée par de nombreux gynécologues. 

 



Une dame de 62 ans en a d’ailleurs fait les frais en juin 2019 comme le rapporte le Daily Mail. La victime qui souffrait d’un prolapsus génital s’était vue conseillée par un médecin traditionnel chinois d’essayer le sauna vaginal afin de soulager ses douleurs et éventuellement d’éviter l’opération. Malheureusement les choses ne se sont pas passées comme prévues et la femme est ressortie de son "soin" avec des brûlures au second degré au  niveau du col de l’utérus et sur les parois du vagin. Elle a ensuite dû attendre la cicatrisation complète des lésions avant de pouvoir être opérée. Même s’il s’agit du premier cas de brûlure enregistré, pour les gynécologues cette pratique est à proscrire car elle n’est pas du tout nécessaire, son efficacité n’a jamais été prouvée scientifiquement et surtout elle n'est pas sans risques pour votre santé. 

Dans un article du Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada, les médecins rappellent que cette technique peut causer un déséquilibre de la flore vaginale et exposer le vagin à des bactéries responsables d’irritations et d’infections. Le vagin est en effet un organe autonettoyant et ne nécessite en aucun cas d’avoir recours à des soins. Le docteur Vanessa Mackay porte-parole du Royal College of Obstetricians and Gynaecologists explique au journal The Independent : “Le vagin contient des bactéries essentielles qui sont là pour le protéger. Si ces bactéries sont troublées cela peut conduire à des infections comme le vaginosis bactérien, des mycoses ou des inflammations". Niveau hygiène, pour elle il est donc amplement suffisant d'opter pour un nettoyage simple de ses parties intimes une fois par jour tout en délicatesse avec un savon doux et non parfumé. Oubliez donc toutes ces histoires de vaporisations vaginales qui vous feront probablement plus de mal que de bien. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires