Emmanuel Macron ou OSS 117 : qui a dit quoi ? Emmanuel Macron ou OSS 117 : qui a dit quoi ?

News

Emmanuel Macron ou OSS 117 : qui a dit quoi ? par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Mardi 2 Octobre 2018

C’est à s’y méprendre : le président de la République et le personnage phare de Jean Dujardin, OSS 117, ont beaucoup en commun. Eh oui, parfois, les répliques d'Emmanuel Macron semblent sortir d'un film de Michel Hazanavicius. Alors, saurez-vous reconnaître qui a dit quoi ?

"T’es costaud comme tout ! (…) Les braquages c'est fini, hein ? Ta mère elle mérite mieux que ça". A première vue, cette réplique pourrait être toute droite sortie d’un des films OSS 117, réalisés par Michel Hazanavicius. Pourtant, ces mots sont ceux du président de la République, en déplacement à Saint-Martin dans les Antilles, ce week-end. Emmanuel Macron, lors d’une visite impromptue dans des logements HLM a recadré un jeune homme fraîchement sorti de prison, après avoir purgé sa peine pour braquage. Au-delà du fait qu’il l’infantilise en le tutoyant (alors qu’il refuse lui-même qu’on le tutoie), le Président ne se gêne pas non plus pour lui faire la morale, et le toucher de tous les côtés. Un comportement que l’on associe volontiers à celui de Jean Dujardin dans OSS 117.
Et ce n’est pas la première fois que de telles similitudes transparaissent entre les deux personnages. Jean Dujardin himself a amusé la galerie sur les réseaux, en juin dernier, en se moquant gentiment des propos du président. Un point de vue qu’il n’a pas hésité à partager à nouveau ce mois-ci, dans une interview pour la chaîne suisse RTS. "Macron se ‘chiraquise’, a-t-il dit avant d’ajouter, avec l’impulsion du journaliste, on le trouve drôle mais parce qu’il est … caricatural".


Alors, saurez-vous retrouver, parmi ces répliques, lesquelles sont signées Emmanuel Macron et celles sorties des films OSS 117 ?

#1 "J’aime les enfants de la République."
#2 "Vous n'allez pas me faire peur avec votre t-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler."
#3 "Ecoutez mon petit, j’viens de tuer un croco. Alors si vous voulez qu’on travail d’égal à égal, faudrait vous y mettre."
#4 "Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées."
#5 "Une dictature c’est quand les gens sont communistes. Ils ont froid, déjà, avec des chapeaux gris et des chaussures à fermeture éclair."
#6 "Tu es là, dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Tu peux faire l'imbécile, mais aujourd'hui c'est la Marseillaise, le Chant des partisans, donc tu m'appelles 'Monsieur le président de la République' ou 'Monsieur'."
#7 "J’aime le bruit blanc de l’eau."
#8 "Changer le monde, changer le monde, vous êtes bien sympathiques, mais il faudrait déjà vous lever le matin. Je sais pas si vous êtes au courant mais le monde, il vous attend pas, le monde il bouge et il bouge vite."
#9 "On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux."
#10 "Il y a dans chaque enfant qui naît dans une famille pauvre, un Mozart qu’on assassine."
#11 "Un philosophe a dit un jour 'le mystère des pyramides, c’est le mystère de la conscience dans laquelle on entre pas'."
#12 "Du travail ? Je traverse la route et je vous en trouve ! "


Réponses :
#1 Emmanuel Macron aime les enfants de la République autant que OSS aime se battre ou les panoramas. Il a prononcé cette phrase dans sa lancée, ce week-end, après avoir dit au jeune homme qu’il était costaud. Tous les deux ont posé pour une photo où le garçon réprimandé à dégainé un doigt d'honneur. La photo a fait le tour de la toile, les politiques et les internautes n'ont pas manqué de réagir. D'où l'explication (un peu bancale) du président.
#2 Emmanuel Macron toujours. C’était en 2016, alors qu’il était encore Ministre de l’Economie sous François Hollande. Un homme de 21 ans reproche au ministre de ne pas avoir les moyens de se payer un costume, ce à quoi le ministre répond qu'il ferait mieux de travailler pour pouvoir se le payer. Une réplique qui n’a pas plu au jeune homme, qui lui a précisé qu’il travaillait depuis ses 16 ans.
#3 Noël Flantier aka OSS117. Aucune chance qu’Emmanuel Macron ne tue un crocodile… Quoique.
#4 De la misogynie comme on l’aime … et de la part d’Emmanuel Macron ! Il a prononcé ces mots alors qu’il était en visite d’un abattoir dans le Nord. S’il ne parlait que des employées de l’entreprise (qui sont 20% à être illettrées), ses propos étaient tout de même très maladroits.
#5 Hubert Bonnisseur de La Bath, dans le deuxième épisode d’OSS 117, à Rio.
#6 Le président de la République. En juin dernier, avant d’être réprimandé de la sorte, un collégien de 14 ans lui avait demandé "ça va, Manu ?". Un excès de zèle qui n’a pas plu à "Manu". Et qui a aussi traumatisé le garçon.
#7 Emmanuel Macron aurait très bien pu le dire. Mais non, c’est l’œuvre d’OSS 117.
#8 Ah ! On vous pose une colle. Même si le président aurait très bien pu le dire pour pousser les citoyens à travailler, c’est bien OSS 117 qui est derrière cette remontade.
#9 Même si la séquence a été filmée, c’est bien l’œuvre d’Emmanuel Macron. Il s’agissait d’un coup de com’ réalisé par l’équipe du président et qui a fait un gros flop cet été.
#10 Cette phrase est ridicule si on la sort de son contexte, mais elle a bien été prononcée par Emmanuel Macron lors de la présentation du Plan Pauvreté le 13 septembre dernier. Pourtant, le président n’a rien inventé. Cette expression vient de la "Terre des Hommes", ouvrage de Saint-Exupéry mais a été légèrement déformée par le président. Elle a été également utilisée par l’auteur Gilbert Cesbron comme titre à l'un de ses ouvrages et Allain Leprest dans une de ses compositions.
#11 On aimerait que ce soit le président de la République, mais c’est l’œuvre de Jean Dujardin dans le premier opus de OSS.
#12 L’une des dernières frasques d’Emmanuel Macron à un horticulteur en visite à l’Elysée pendant les journées du Patrimoine. L’histoire dit que le jeune homme n’a pas trouvé en traversant la route, mais que l’Elysée lui aurait proposé un poste dans ses jardins. On espère qu’il a refusé.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus