Cannes 2015 : portrait de Deniz Gamze Ergüven, la réalisatrice de "Mustang" Cannes 2015 : portrait de Deniz Gamze Ergüven, la réalisatrice de "Mustang"

Deniz Ergüven, la réalisatrice de "Mustang"

Cannes 2015 : portrait de Deniz Gamze Ergüven, la réalisatrice de "Mustang"

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 20 Mai 2015

Son premier film, "Mustang", est présenté à Cannes, et sortira au cinéma le 17 juin. Nous avons rencontré Deniz Ergüven, primocinéaste prometteuse.

À deux jours de l’ouverture du Chanel, que nous retrouvons Deniz Ergüven. Elle vient de faire des essayages de tenues tapis rouge avec sa brochette d’actrices : cinq adolescentes évanescentes, aux longs cheveux ondulés et aux traits racés. Dans son film, Mustang, ces cinq sœurs élevées par leur grand-mère et leur oncle dans une certaine liberté, se retrouvent du jour au lendemain confrontées à la rigueur traditionnaliste de la société turque, quand leur féminité naissante jette une ombre de soupçon lubrique sur leurs innocents jeux d’enfants. Cloîtrées, coupées du monde, retirées de l’école où elles étudiaient jusqu’alors, mariées de force…Mustang raconte la face sombre de la Turquie : une société rigoriste, traditionnaliste et autoritaire vis-à-vis des femmes.

Pour dire cette histoire, Deniz Ergüven, réalisatrice turque mariée à un Français, qui a grandi entre la France et la Turquie, était la mieux placée. "J’avais envie de raconter ce que c’est que d’être une fille en Turquie aujourd’hui. Ce pays est paradoxal vis-à-vis des femmes : depuis les années 30, nous avons le droit de vote, mais la société est au fond profondément patriarcale, le code de l’honneur a beaucoup d’importance…" Jamais didactique ou démonstratif, mais extrêmement révélateur, son film est militant, même si l’auteure s’en défend. Un film de femmes, pour lequel elle a enquêté, questionné, et rassemblé ses souvenirs.

Cinématographiquement, Mustang évoque immédiatement Virgin Suicides et sa fratrie sensuelle et soudée. Deniz Ergüven évoque, elle, comme références cinématogtaphiques, Les Évadés d’Alcatraz ou Salo de Pasolini. Avec son beau visage aquilin et décidé, Deniz Ergüven s’est battue pour que son film voit le jour : "La productrice a lâché le projet à trois semaines du début du tournage, je venais d’apprendre que j’étais enceinte … On était au maximum du drame !" Malgré tout cela, le film existe, contre l’adversité. Un film à l’image de ses héroïnes : beau et obstiné, jeune et fougueux.

"Mustang" de Deniz Ergüven, avec  Erol Afsin, GüneÅ? Nezihe Å?ensoy, DoÄ?a Zeynep DoÄ?uÅ?lu... Sortie le 17 juin.

Clémentine Goldszal

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus