Instagram : l’appli va supprimer les filtres qui encouragent à la dysmorphie Instagram : l’appli va supprimer les filtres qui encouragent à la dysmorphie

Geek

Instagram : l’appli va supprimer les filtres qui encouragent à la dysmorphie

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 24 Octobre 2019

Après plusieurs mois d’engouement de la part des internautes, Instagram va supprimer tous les filtres de "chirurgie plastique numérique", pour lutter contre la mauvaise estime de soi et la dysmorphie.

Qui ne l’a pas fait ? Se gonfler les lèvres ou encore remonter ses pommettes grâce à un filtre disponible sur Instagram, quitte à n’utiliser que celui-ci pour alimenter ses stories. Et si ce n’est sur cette appli, c’est sur Snapchat que l’on prend un malin plaisir à modifier notre apparence en deux temps trois mouvements, grâce à des filtres conçus au millimètre. Pourtant, ils ne sont pas sans danger. En effet, selon plusieurs études, ces derniers seraient responsables de la hausse des chirurgies esthétiques et plastiques sur les jeunes individus qui chercheraient à ressembler à leurs filtres préférés. On appelle ça la dysmorphie

Les derniers en date ? Les dizaines présents sur Instagram sur lesquels on peut gonfler ses lèvres, tirer ses paupières et ses yeux, pour ressembler à une version botoxée de soi-même. Des filtres créés sur la plateforme Spark AR, en grande par les internautes eux-mêmes. Et ces derniers ne seraient pas au goût de Facebook et de la plateforme participative qui ont décidé de supprimer les filtres de l’application. L’enjeu ? Faciliter le bien-être des utilisateurs et lutter contre la dysmorphie, même si certains internautes disent faire la part des choses et l’utiliser comme simple gadget. 

Un acte symbolique qui vient s'ajouter à la fin des pubs pour les régimes et la chirurgie esthétique sur le réseau, annoncé par Instagram courant octobre. Maintenant, on aimerait bien qu'ils suppriment les filtres qui font la peau plus lisse que celle de notre derrière, car il n'y aurait finalement à cacher de nos rides et/ou boutons

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires