Dykie Street : le nouveau jeu vidéo français contre le sexisme Dykie Street : le nouveau jeu vidéo français contre le sexisme

Geek

Dykie Street : le jeu vidéo qui dénonce les clichés homophobes et sexistes par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 27 Avril 2018

Ce lundi 23 avril 2018, un nouveau jeu vidéo est apparu sur les Internets : Dykie Street. Un jeu féministe créé par deux Françaises. S'il ne permet pas vraiment de se lancer dans des parties endiablées, il sensibilise sur les violences sexistes et homophobes. Et c'est déjà pas mal.

Fatigué des jeux abrutissants comme Candy Crush ou autres Clash Royal ? En voici un intelligent, et utile à la société : Dykie Street, un jeu vidéo créé par Alice, doctorante en Sciences Politiques et Hélène, graphiste. Ensemble, elles ont élaboré de A à Z un outil ludique et engagé en passant "des week-ends entiers à surfer sur des forums et à regarder des tutoriels sur Internet" comme elles l'ont expliqué dans une interview pour RTL Girls. Résultat : sur smartphone ou sur ordi, vous pouvez incarner le personnage de Dykie (dérivé de l’insulte dyke, en français "gouine"), ni blanc ni noir, ni même peut-être humain, un flou volontaire de la part des deux geekettes : "Nous avons voulu créer un personnage différent de ceux que l'on a l'habitude de voir dans les jeux vidéo. Ici, on ne sait pas s'il s'agit d'une fille ou d'un garçon, s'il est blanc ou racisé. C'est important pour nous que tout le monde puisse s'identifier. Ça change des hommes blancs et des femmes hypersexualisées que l'on voit d'habitude" ont-elles confié.

La mission de Dykie ? Détourner les affiches publicitaires et tags sexistes qu'on croise dans les rues des grandes villes. Ici, on se promène dans un paysage old-school pixélisé, et, en appuyant simplement sur une touche, on peut changer un tag "PD" par "fier d’être PD", ou encore un "pute" en "pute si je veux". Le but ? Dénoncer la pollution visuelle et mentale émise par les messages homophobes et sexistes dans la rue. Mais surtout, s’approprier ces insultes pour en affaiblir le sens.

Ce n’est pas un hasard si le jeu vidéo est aussi engagé. Les créatrices sont des militantes au sein de collectifs féministes et queers. Elles ont même créé le leur, D.I.Y.K.E, afin de développer encore plus de projets contre l’homophobie et le sexisme, car, comme il est indiqué à la fin du jeu : la lutte continue IRL.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus