Danse : Joignez-vous à (LA) HORDE ! Danse : Joignez-vous à (LA) HORDE !

Agenda 

Danse : Joignez-vous à (LA) HORDE ! par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 19 Novembre 2019

C’est l’un des spectacles de danse les plus impressionnants que l’on ait vus ces derniers temps. Chorégraphié par le collectif (La) Horde, "Marry Me in Bassiani" nous invite à un mariage traditionnel géorgien qui se transforme en fureur techno. Magnifique.

C’est un mariage somptueux où la mariée n’est pas à la fête. Elle se laisse glisser du haut d’un mur, telle une évadée de prison, tandis que son futur époux et les convives se préparent à festoyer... Et surtout à danser. Signature du spectacle, de petits battements de jambes exécutés par le marié avec une vélocité inouïe précédent une folle farandole où hommes et femmes se mélangent avant que les premiers s’affrontent, exécutant des sauts d’une telle virtuosité que l’on se demande si l’un des danseurs ne va pas rester en suspense dans les airs. Et puis, au milieu, il a ce monsieur en surpoids - le maire, le curé ? – qui se révèle aussi léger qu'une plume lorsqu’il ne se met à danser.

Par la grandeur de ses décors et son ambiance funèbre, "Marry Me in Bassiani", évoque les films de Luchino Visconti où les fêtes se terminent généralement par un drame. Mais ici point, de suicide collectif. Après un intermède un peu longuet autour d’une statue (quand les chorégraphes comprendront-ils que lorsqu’il n’y a ni musique ni danse, on s’ennuie un peu ?), une avalanche de sons techno prend le pas sur la musique traditionnelle. Et les convives de tournoyer de plus en vite en ligne droite (mon Dieu, faites qu’ils ne se rentrent pas dedans ! prie-t-on intérieurement), telles des derviches tourneurs, tandis que la mariée, échevelée, traverse la scène en courant. Cherche-t-elle à échapper à son destin ou court-elle après la liberté ? En tout cas, elle ne semble pas encore tirée d’affaire. Tout le contraire du collectif (La) Horde, composé de Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Dewel, dont le destin branché semble désormais tracé. Ce spectacle fait en association avec le Mac (Maison des Arts de Créteil) a tout à fait sa place entre les fulgurances de Joël Pommerat et les facéties des Chiens de Navarre.

Marry Me in Bassiani, de (La Horde). Prochaines dates de tournées : 
22 et 23.11.19 La Coursive scène nationale, La Rochelle
28.11.19 Auditorium de Dijon 
29 et 30.01.20 La Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national
3.02.20 Théâtre Paul Eluard, Bezons
6 et 7.02.20 Points communs, nouvelle scène nationale de Cergy-Pontoise
11 au 13.02.20 La Rose des Vents scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq
13 et 14.03.20 Maison de la danse, Lyon
2 et 3.04.20 TAP Poitier dans le cadre du festival À Corps
7.04.20 Le Moulin du Roc scène nationale, Niort

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires