"What/If" : l’improbable soap néo-noir avec Renée Zellweger de Netflix "What/If" : l’improbable soap néo-noir avec Renée Zellweger de Netflix

Séries 

"What/If" : l’improbable soap néo-noir avec Renée Zellweger de Netflix par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 23 Mai 2019

"What/If" est annoncée comme la nouvelle série anthologique de Netflix. Son principe ? Un cours de morale appliquée sur une saison où des gens biens sous tous rapports sont confrontés à des choix douteux.

Renée Zellwegger 2.0
Pour sa première saison, What/If décroche Renée Zellweger qui fait rayonner son statut dans un premier rôle récurrent dans une série. Elle y joue Anne, une milliardaire imbuvable et manipulatrice, qui aime jouer avec la vie des gens comme une petite fille avec ses poupées (qu’elle démembrerait volontiers). Dès le premier épisode, elle se glisse dans le costume de Robert Redford dans Proposition indécente et offre une énorme somme d’argent à Sean et Lisa, un jeune couple en difficulté, pour passer une nuit avec le mari. Très vite, l’intrigue se montre plus complexe. Il faut bien tenir sur dix épisodes. Anne ne se contente pas de faire un joli chèque de plusieurs millions, elle investit en fait dans la start-up de Lisa. Résultat, elle peut ainsi la narguer à souhait et empoisonner la vie privée des amoureux.

Terrain archi connu
Les anciens fans de Revenge devraient y trouver leur bonheur tant What/if reprend à son compte les codes du néo-soap néo-noir de luxe. Tout y est outrancier. Toute subtilité pourrait même être considérée comme une faute de goût ! Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Philip Noyce signe la réalisation des deux premiers épisodes, c’était déjà lui qui avait imprimé sa marque sur la charte graphique de Revenge

Si What/If se présente elle-même comme une série donnant à réfléchir sur des questions d’éthique et de morale, on préférera ne surtout pas la prendre au sérieux et regarder tout ceci comme une farce. Évidemment, chaque personnage, à commencer par Anne, a son lot de vilains petits secrets et/ou de traumatismes qui explique le pourquoi du comment. Évidemment, les apparences sont trompeuses. Évidemment, quelque chose de beaucoup plus vaste se cache derrière... Les balises clignotent à chaque coin de rue, histoire de bien pré-mâcher un quelconque travail de réflexion. 

C’est quoi ce truc ?
Alors à défaut de se couper les cheveux en quatre devant une intrigue aussi pauvre, on peut s’amuser aussi en se focalisant sur Renée Zellweger – véritable femme caméléon – qui tente ici une conversion pour le moins inattendue de girl next door au cœur tendre à impitoyable garce méchamment perturbée. Soit dit en passant, le parcours devenu (tristement) classique de toute actrice de la A-list passés 40 ans… Quant à Jane Levy et Blake Keller, on ne voudrait pas paraître trop méchant, mais ils ont quand même chacun l’envergure d’un ectoplasme... Mais pour être parfaitement honnête, sur les quatre épisodes que nous avons pu voir, tout avance tellement vite, tout est tellement improbable et exagéré, qu’on n’arrive toujours pas à déterminer si c’est une véritable catastrophe ou un nanar de génie !

Une série créée par Mike Kelley avec Renée Zellwegger, Jane Levy, Blake Jenner… Disponible dès le 24 mai sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires