"Unorthodox" : la série Netflix coup de cœur sur une jeune femme qui conquiert sa liberté

Séries 

"Unorthodox" : la série coup de cœur sur une jeune femme qui conquiert sa liberté par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 31 Mars 2020

Cette mini-série allemande, création originale pour Netflix, s’inspire d’une histoire vraie. Celle d’une jeune femme de la communauté juive ultra-orthodoxe de Brooklyn qui a pris la poudre d’escampette pour démarrer une nouvelle vie à Berlin.

Une histoire vraie
Inspirée du récit autobiographique de Deborah Feldman, (Unorthodox, the Scandalous Rejection of My Hasidic Roots), la série suit en quatre épisodes la fuite en avant d’Esty, surnom affectueux pour Esther. Esty a 19 ans et pourtant quand on la voit, haute comme trois pommes et légère comme une plume, on dirait un petit bout de chou. Une expression à la fois décidée et paniquée gravée sur le visage, elle est jouée avec une force farouche par l’actrice israélienne Shira Haas. Elle vit dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn. Mais elle n’a rien à voir avec la jeune femme américaine qu’on a l’habitude de voir dans les séries. Appartenant à la communauté hassidique, elle vit en vase clos et selon les règles très strictes de sa religion. Un an après un mariage arrangé dans lequel elle ne s’épanouit pas, elle décide de filer à l’anglaise. Direction Berlin, là où sa mère, comme elle, a fui quelques années plus tôt. Elle va aussi pouvoir se livrer à sa passion interdite, la musique. Sur place, en même temps qu’elle tente de démarrer une nouvelle vie, son époux fait tout pour la retrouver.

Un coup de poing dans l’estomac
Impossible de rester indifférent.e face à la quête de liberté d’Esty qui apprend pas à pas à se réapproprier son corps et son histoire. Cela donne lieu à plus d’une scène bouleversante, comme cette première baignade dans le lac de Wannsee où Esty se débarrasse de sa perruque, accessoire obligatoire pour les femmes hassidiques mariées. Elle laisse alors apparaître sa tête nue, le cheveu ras, impudique selon les préceptes de sa communauté et terriblement tendance d’après les fashionistas occidentales. C’est l’histoire d’un apprentissage, d’une découverte d’un autre monde où les amoureux s’embrassent, dansent, rient et disent tout ce qu’il leur passe par la tête. Un monde non censuré. Il faut voir le regard éberlué d’Esty sur ce nouveau monde qui l’entoure.

Récit d’une émancipation
La narration ne cesse d’aller et venir entre des flashbacks et les balbutiements d’Esty dans sa nouvelle vie. On découvre les préparatifs de son mariage, sa relation avec son mari. Mais surtout tous les tabous liés au féminin. Esty, malgré sa foi, se sent différente de ses pairs et étouffe dans la condition féminine qui lui est imposée. On la voit petit à petit conquérir les territoires de l’intime comme une chercheuse d’or. Le récit prend des accents épiques mais on pardonne ces facilités. Créée par Anna Winger (créatrice de Deutschland 83) et Alexa Karolinski, Unorthodox est réalisée par l’actrice-réalisatrice allemande Maria Schrader. Ensemble, elles entourent Esty de leur bienveillance et semblent la porter comme un petit oisillon fragile qui s’apprête à prendre son envol. À ne pas rater.

"Unorthodox", une série créée par Anna Winger et Alexa Karolinski avec Shira Haas, Amit Rahav, Jef Wilbusch… Sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires