"The Widow" : on a perdu Kate Beckinsale "The Widow" : on a perdu Kate Beckinsale

Séries 

Série : dans "The Widow", on a perdu Kate Beckinsale par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 18 Mars 2019

Nouvelle grosse machine lancée par Amazon Prime Video, "The Widow" met en scène Kate Beckinsale dans le rôle d'une veuve éplorée, partie à la recherche de son mari qu'elle croit encore vivant. On attendait une série d'action rondement menée. C'est raté...

On y a cru
Sur le papier, tout promettait une bonne série d'action, pas révolutionnaire mais au moins divertissante et percutante. Premier point positif : The Widow est une création des frères Williams, Jack et Harry, qui sont derrière l'excellent drame anthologique The Missing avec Tchéky Karyo. Deuxième bonne nouvelle : le casting. En plus de Kate Beckinsale, connue aussi bien pour empaler des créatures de la nuit dans Underworld que pour ses rôles dans le cinéma d'auteur, on y retrouve les excellents Alex Kingston (Urgences) et Charles Dance (Game of Thrones). En bonus, l'action se déroule principalement en République Démocratique du Congo et il n'est pas inintéressant de voir une grosse production américaine s'exporter sur le continent africain. L'histoire, elle aussi, aurait pu se prêter au renouvellement d'un genre éculé : celle de Georgia, une femme qui affronte vents et marées – ici en l'occurrence plutôt jungle et milices armées – pour retrouver son mari qu'elle croyait mort dans un crash d'avion. Ça ressemble au pitch d'un film moyen des années 1990-2000 (type L'Échange avec Russell Crowe et Meg Ryan) sauf que maintenant l'héroïne n'a plus besoin d'un homme pour aller sauver son mari.

Des clichés comme s'ils en pleuvaient
Certes l'histoire a comme décor la RDC, mais ça ne reste qu'un décor. Le pays est bien pratique pour mentionner l'exploitation des mines de coltan (indispensable à la fabrication des smartphones et des ordinateurs), les milices armées qui terrorisent les gens et les enfants soldats. Une petite fille, embrigadée de force par l'une de ces milices, est d'ailleurs au cœur d'une intrigue secondaire. Et c'est là que le bât blesse. Cette réalité dramatique ne peut encore se contenter d'être réduite à un simple décor et une intrigue bis. La série ne sort pas de la vision misérabiliste que l'Occident a l'habitude de donner du continent africain. Et quant aux Congolais représentés, l'un est un ami de Georgia qui ne survit pas au-delà de deux épisodes et l'autre est le grand méchant de l'histoire.

Georgia n'est pas mieux lotie. Elle incarne une héroïne écervelée, qui enchaîne les mauvaises décisions et fait fi des morts qu'elle laisse sur son passage à cause de sa quête effrénée. D'ailleurs, les dix premières minutes suffisent à définir le personnage et annoncent la couleur. Alors qu'elle vit recluse dans la campagne galloise, elle se blesse et s'entaille la jambe sur plusieurs centimètres lors d'une ballade solitaire. Manque de chance, sa voiture ne démarre pas et elle regagne clopin-clopant sans broncher la ville la plus proche pour s'y faire recoudre. Le médecin lui signifie bien qu'il est indispensable qu'elle ne s'appuie pas sur sa jambe tant qu'elle n'aura pas cicatrisé. Rien à faire. Georgia repart à pied comme elle est venue. Toute la suite sera du même acabit et les invraisemblances scénaristiques s'enchaînent à la pelle. On espérait que The Widow serait la série d'une sauveuse badass qui nous en mettrait plein la vue, mais apparemment c'est plutôt la carrière de Kate Beckinsale qui a besoin d'être sauvée.

The Widow, une série créée par Jack et Harry Williams avec Kate Beckinsale, Alex Kingston, Charles Dance... Disponible sur Amazon Prime Video depuis le 1er mars 2019.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires