"The Looming Tower" : la série haletante sur le 11 septembre "The Looming Tower" : la série haletante sur le 11 septembre

Séries 

"The Looming Tower" : la série haletante sur le 11 septembre par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Comment le 11 septembre a-t-il pu avoir lieu ? C'est la question à laquelle répond cette mini-série haletante avec Tahar Rahim et Jeff Daniels. Dans ce jeu d'échecs, pendant que la CIA et le FBI se livrent une guerre sans merci, Al Qaïda prépare l'attaque terroriste la plus sanglante de l'Histoire...

Chronique d'une tragédie annoncée

1998. Le monde entier est suspendu à la braguette de Bill Clinton, alors en pleine débandade avec le scandale du "Monicagate". Pendant ce temps, à la télévision américaine, Oussama Ben Laden promet une attaque imminente contre son ennemi juré, les États-Unis. Les images d'archives de son interview exclusive se fondent parfaitement à la fiction et laissent une désagréable sensation de malaise. Par-dessus le visage de Ben Laden qui envahit l'écran, c'est le spectre de l’effondrement des deux tours qui tournent en boucle dans l'esprit de chacun. Au même moment, la CIA et le FBI préfèrent jouer les rivaux plutôt que de partager leurs informations et Al-Qaïda met déjà ses plans à exécution en organisant l'attentat de Nairobi au Kenya contre l'ambassade américaine. Face à cette provocation mortifère, la Maison-Blanche choisit la riposte en Irak. D'une violence telle qu'elle enferrera les deux pays dans un engrenage infernal. Dans la tête du spectateur, le compte à rebours est lancé. Il ne reste plus que trois ans avant la journée cauchemardesque du 11 septembre. Trois années pour le plus gros ratage de l'histoire de l'antiterrorisme.

© Hulu

Proche du style documentaire

À l'origine, The Looming Tower est tirée du livre éponyme de Lawrence Wright qui a remporté le Prix Pulitzer en 2007 après une longue enquête sur les évènements qui ont conduit au 11 septembre. Le documentariste Alex Gibney et le scénariste Dan Futterman s'en sont emparés pour en faire une fiction de dix épisodes. À l'abri de toute forme de sensationnalisme et sans fioriture, l'action suit d'un côté les divisions antiterroristes du FBI et de la CIA et de l'autre, la préparation des attentats par Al-Qaïda. Une reconstitution minutieuse – avec téléphones portables antédiluviens et costumes trop larges – nous replonge dans une époque qui paraît déjà lointaine. Ici, pas de super agent à la Jack Bauer de 24 heures chrono ou à la Carrie Mathison de Homeland. Mais des hommes et des femmes de renseignement et de terrain, qui collectent des informations comme des fourmis, un travail fastidieux qui ancre la série dans le réel. À la réalisation du premier épisode, Alex Gibney laisse parler son instinct naturel de cinéaste de documentaire pour aller à l'épure. La caméra colle aux personnages sans les étouffer, soulignant à l'occasion leur impuissance à secouer une bureaucratie léthargique dans des décors de bureaux géants et impersonnels. Elle se pose comme un témoin inquiet et silencieux.

© Hulu 

Tahar Rahim en clé de voûte du récit

Au FBI, Ali Soufan (Tahar Rahim), d'origine libanaise, est le seul agent de la division dédiée à Al-Qaïda à être musulman et à parler l'arabe. Rapidement, il devient un atout majeur que prend sous son aile John O'Neill (Jeff Daniels), son supérieur hiérarchique. Tous deux se heurtent aux murs de leurs homologues de la CIA qui refusent tout partage d'informations. Cette petite guerre intestine entre services, sur une menace aussi imminente, engendre de la frustration et de la colère auprès du spectateur, qui connaît l'issue fatale de cette affaire, et d'O'Neill qui fulmine à chaque épisode. Acteur clé dans la somme d'informations amalgamées en quelques mois, grâce à sa connaissance de la culture islamique et sa pratique de l'arabe, Soufan est le seul à pouvoir déjouer le pire. Pourtant en dehors d'O'Neill, face à des pontes de Washington ou des agents d'autres services, il doit faire face à une certaine défiance et prouver sa loyauté. Tahar Rahim, fidèle à son habitude, se montre d'une justesse exemplaire dans le rôle de ce jeune agent, pris en étau entre la colère de voir sa religion et sa culture dévoyées par des fanatiques et l'inertie d'un système déjà dépassé par ce qui l'attend.


"The Looming Tower", une série de Dan Futterman, Alex Gibney et Lawrence Wright dès le 9 janvier sur Amazon Prime Video.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus