"The Handmaid’s Tale" : une saison 3 qui ne déçoit pas "The Handmaid’s Tale" : une saison 3 qui ne déçoit pas

Séries 

"The Handmaid’s Tale" : une saison 3 qui ne déçoit pas par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 6 Juin 2019

Après une saison 2 controversée, "The Handmaid’s Tale" revient avec une saison 3 où sonne enfin l’heure de la rébellion. Celle-ci démarre avec la diffusion de trois épisodes. Attention spoilers si vous n'avez pas vu les deux premières saisons !

Assister au calvaire de June, interprétée l’endurante Elisabeth Moss, aura été compliqué durant la deuxième saison. La série a toujours posé la question de la représentation de la violence, question d’autant plus délicate que l’esthétisme tient une place prépondérante dans la réalisation. La saison 2 a-t-elle cédé à une certaine complaisance dans son esthétisme de la violence ? Était-il pertinent de montrer ces scènes de viol, de torture aussi bien physique que psychologique, de manière répétée ? Tort ou raison, peu importe. Ce malaise si prégnant nous a forcé à nous confronter à la manière dont films et séries traitent la question de la violence faite aux femmes. La différence fondamentale ici étant que le show a montré ces séquences du point de vue des victimes – à grand renfort de close-ups asphyxiants sur le visage crispé de June et des autres – lorsque bien souvent le point de vue de la réalisation se place du côté du bourreau quand il ne reste pas péniblement neutre. D’une certaine manière, le malaise suscité, voire la virulence de certaines réactions, a quelque chose de rassurant. Impossible de rester indifférent devant cette dystopie qui raconte le calvaire passé, encore trop souvent présent, et peut-être même futur qui étreint la condition féminine.

Reprise
La saison 3 démarre pile là où la précédente s’est achevée. June prend la décision de confier son bébé à Emily et de ne pas partir avec elles au Canada. Quoi qu’il lui en coûte, elle ne quittera Gilead qu’avec ses deux enfants. Évidemment elle échoue. Évidemment aussi, June va devoir assumer les conséquences de ses actes. Cela se traduit par un passage par le Centre Rouge et une série de châtiments, mais cette fois-ci, Bruce Miller semble avoir retenu la leçon. On ne s’y attarde guère. On sait que June y subit des sévices corporels, mais la caméra préfère détourner son objectif.

Résistance
Assignée à une nouvelle demeure, celle du Commandant Lawrence (Bradley Whitford), l’héroïne se retrouve au cœur du pouvoir, puisque ce dernier est l’architecte de Gilead. Il est surtout un homme difficile à cerner : c’est lui qui a permis à Emily de s’échapper et il ferme les yeux sur le réseau de résistance qui s’est établi sous son toit… Selon lui pour mieux contrôler l’opposition. On ne peut dire s’il est un possible allié ou l’homme le plus dangereux qui soit. Et June non plus. Mais elle tente le tout pour le tout et décide de s’engager activement à la destruction de Gilead.

Dans ces trois épisodes, il s’agit avant tout de redonner un peu d’espoir aux spectateurs. La désespérance de Serena Joy la conduira-t-elle à se retourner contre son mari ? La fuite d’Emily va-t-elle permettre une prise de conscience de la communauté internationale face à la dictature de Gilead ? Il est encore trop tôt pour le dire. Néanmoins, à l’heure où les droits fondamentaux des femmes se voient de plus en plus menacés sur le territoire de la plus grande puissance mondiale, The Handmaid’s Tale a encore des choses à dire et semble enfin prête à sonner la charge.

"The Handmaid’s Tale", une série créée par Bruce Miller avec Elisabeth Moss, Bradley Whitford, Alexis Bledel… Diffusion des trois premiers épisodes de la saison 3 le 6 juin sur OCS Max puis un épisode par semaine en US+24.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires