"The Crown" : la série de Netfix revient avec une saison 3 impériale "The Crown" : la série de Netfix revient avec une saison 3 impériale

Séries 

"The Crown" : la série de Netfix revient avec une saison 3 impériale par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 19 Novembre 2019

Netflix fait un pari un peu fou avec "The Crown" en voulant retracer plus de soixante ans du règne d’Élisabeth II. Fou parce que c’est une ambition démesurée que de vouloir raconter la vie de la monarque la plus célèbre de la planète. Fou aussi parce que tout le casting a changé. Spoiler alert : on a adoré !

Nouvelles têtes
Après avoir incarné la reine Anne d’Angleterre sous la direction de Yorgos Lanthimos dans La Favorite et gagné l’oscar de la meilleure actrice, Olivia Colman renoue avec la royauté et succède à Claire Foy dans le rôle d’Élisabeth II. À ses côtés, tout le casting a été renouvelé. Exit donc Matt Smith, Vanessa Kirby et Matthew Goode dans les rôles de Philip, Margaret et Tony Armstrong-Jones. Et welcome Tobias Menzies, Helena Bonham Carter et Ben Daniels. Cette troisième saison s’ouvre magistralement sur une "passation" menée à la perfection. On y voit Olivia Colman arriver de loin et rejoindre une pièce remplie de conseillers où deux tableaux sont exposés côte-à-côte. Pendant une bonne minute, la caméra est trop loin. Le plan est trop furtif. Ou alors, elle apparaît à contre-jour. Enfin, la caméra se pose derrière Olivia Colman. De dos, on comprend qu’elle contemple les deux tableaux. Un léger mouvement de caméra fait apparaître les deux œuvres. Il s’agit de la présentation du nouveau timbre à l’effigie de la Reine. À gauche, celui avec Claire Foy qui représente les jeunes années. À droite, le nouveau avec Olivia Colman. Quand elle apparaît enfin en plein écran, la sentence tombe : "Tellement de choses ont changé" ! Cette phrase qu’on qualifiera volontiers de méta fait allusion à l’imparable métamorphose par le temps, mais bien sûr aussi au grand chambardement que représente cette nouvelle saison.

Élisabeth 2.0
Oubliées les jeunes années, où Élisabeth II se sentait comme une débutante et cherchait avant tout à trouver sa place en tant que monarque. Désormais aguerrie, elle regarde l’Histoire se jouer sous ses yeux avec un flegme so british même si, à plusieurs occasions, elle bouillonne intérieurement. Ce nouveau portrait préfigure la reine de glace, la seule image que le grand public est autorisé à voir. Mais Peter Morgan – créateur de la série et fan invétéré d’Élisabeth II puisque The Crown est la troisième œuvre qu’il lui consacre – s’applique à dévoiler (ou inventer ?) les coulisses de son règne et à redorer son blason. Alors que Charles s’apprête à devenir Prince de Galles et à assumer son rôle d’héritier de la couronne, Élisabeth ne s’adresse jamais à lui comme une mère mais comme une reine. Certaines confrontations peuvent paraître rudes, mais elles sont toutes justifiées par l’absolue nécessité de faire passer le devoir et la couronne avant tout. Pas de place pour les sentiments ou une quelconque émotion. Le statut de monarque est non seulement sacré, mais c’est une exception qui empêche la souveraine d’appartenir au commun des mortels.

Grandiose
The Crown est certainement la production la plus ambitieuse de Netflix et cette saison 3 parvient à se hisser encore un rang plus haut. En racontant l’histoire du Royaume-Uni depuis Buckingham Palace, cette saison donne une toute nouvelle dimension aux évènements historiques qu’elle raconte. On perçoit mieux la fragilité de ce royaume tiraillé entre les États-Unis et l’Europe, la nostalgie de sa grandeur passée qui plane encore sur ce qu’il reste du Commonwealth. Cette saison, avec les crises économiques et politiques qui s’enchaînent, la Grande-Bretagne apparaît plus que jamais comme un colosse au pied d’argile. La couronne est justement là pour maintenir les apparences, faire illusion un peu plus longtemps. Cela donne lieu à des anecdotes incroyables qui se transforment en épisodes entiers. La Reine n’est pas la seule à tenter de colmater les trous d’un navire qui prend l’eau. Le Prince Philip et la Princesse Margaret – géniale Helena Bonham Carter – se mettent volontiers à contribution lorsque l’urgence de l’occasion l’exige. On assiste ainsi, incrédules, à l’invention du concept de L’incroyable famille Kardashian bien avant l’heure ou à un sauvetage de l’économie nationale in extremis par Margaret herself… Bien plus qu’un biopic, The Crown s’est muée en véritable fiction d’aventure.

"The Crown", une série créée par Peter Morgan avec Olivia Colman, Tobias Menzies, Helena Bonham Carter… Disponible dès le 17 novembre sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires