"Sharp Objects" : à la découverte de la série HBO sur son lieu de tournage "Sharp Objects" : à la découverte de la série HBO sur son lieu de tournage

Séries 

"Sharp Objects" : à la découverte de la série HBO sur son lieu de tournage

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

7 minutes

Publié le Mardi 27 Novembre 2018

A l’occasion de la sortie du DVD et Blu-Ray de la série "Sharp Objects", Glamour s’est rendu à Barnesville en Géorgie sur les traces de cette nouvelle production HBO. Adaptation du roman de Gillian Flynn par Jean-Marc Vallée, ce nouveau show met en scène Amy Adams dans le rôle d’une journaliste de Saint Louis, de retour dans sa ville natale pour couvrir l’enquête sur le meurtre et la disparition de deux jeunes filles.

Après avoir adapté avec brio Big Little Lies, Jean-Marc Vallée revient avec la série Sharp Objects. Et si les scènes en intérieur ont été tournées à Los Angeles, celles en extérieur se sont déroulées dans une petite ville de Georgie de moins de 6 000 habitants, Barnesville. Premier lieu de tournage aux États-Unis, cet état (dont fait partie la ville d'Atlanta) accueille les équipes de multiples autres productions, de Stranger Things et des films Marvel notamment. Cette région, en compétition avec le Canada depuis plusieurs années, propose des avantages fiscaux aux studios qui souhaitent filmer sur place. La variété des paysages et le temps particulièrement clément en font un lieu de tournage idéal.
Pourtant, rien ne prédestinait Barnesville à devenir le Wind Gap de Sharp Objects. Jean-Marc Vallée, en route vers Jacksonville à la recherche du lieu de tournage parfait, est passé dans cette ville paumée par hasard. Ce qui a permis à cette bourgade inconnue d’avoir le droit à son quart d’heure de gloire en devenant le cadre de la nouvelle série HBO, la chaîne américaine qui produit Game of Thrones, Westworld et dernièrement Camping.

C’est par une chaude journée de juillet que nous découvrons cette ville sous une chaleur caniculaire. Dans la série d’ailleurs, c’est cette facette qui domine à propos de Wind Gap, ce soleil de plomb, les chemises trempées des policiers et les ventilateurs qui tournent à plein régime. Et si la ville est traversée par de grandes routes, un sentiment de huis clos règne tout au long des huit épisodes de la série. Mis à part Camille, le personnage d’Amy Adams, personne ne part de la communauté, comme si ce lieu de passage - où personne ne s’arrête pourtant - avait une influence sur ses habitants.

Ce n'est pas tous les jours que la population d'un village de Géorgie accueille une star telle qu'Amy Adams. Lors du tournage, d'une durée de 23 jours précisément, le journal local The Herald Gazette, s'est délecté de raconter à ses concitoyens l'expérience, y compris l'arrivée d'un groupe de journalistes internationaux (nous compris) pour découvrir les différents lieux de tournage sur place. Après le départ des équipes, il est encore possible d’apercevoir des vestiges des décors, comme le street art vintage d’Andrew Henry, réalisé spécialement pour Sharp Objects à travers la ville. Ternies lorsque les scènes ont été filmées, ces fresques ont retrouvé de leur splendeur depuis.
Pas plus d'une demi-heure est nécessaire pour faire le tour de la ville, et découvrir la sinistre ruelle où est retrouvé un cadavre, la place centrale, le local abandonné où est censé se situer le bar fréquenté par le personnage d’Amy Adams, un autre espace à louer où se trouvait le commissariat… Mise à part la série que tous les habitants sont avides de découvrir, les seuls témoins du tournage sont le livre de Gillian Flynn dédicacé qui trône dans le centre culturel et un drapeau de la ville fictive de Wind Gap. Deux objets qui font la fierté des représentants de Barnesville, dont Niki Sappington en charge du développement. Cette Américaine, présente sur le tournage, s’est chargée de nous faire visiter les lieux.

Personnage à part entière, Wind Gap est mise en avant dès les premiers plans de la série et donne le ton. A l’image de cette ville fantôme et oppressante où il ne se passe pas grand-chose, le show prend son temps et son rythme est lent. Au fil des épisodes, on réalise que l’enquête sur le meurtre qui vient de secouer la communauté n’est qu’un prétexte pour s’intéresser à la quête d’identité du personnage de Camille (Amy Adams). Les enjeux sont moins de trouver le coupable que de comprendre cette journaliste à la peau couverte de cicatrices.

Experte dans l’écriture de personnages féminins complexes et malveillants, Gillian Flynn (à qui l’on doit également Les apparences), s’intéresse ici aux relations entre les femmes. Et plus particulièrement aux comportements violents qui se passent dans l’intimité de cette ancienne et grande villa habitée par Adora Crellin, la mère de Camille. Un personnage brillamment interprété par Patricia Clarkson. Revenir dans sa maison d’enfance pour couvrir l’enquête policière force l’anti-héroïne à faire face à ses démons, qui se dévoilent à travers des flash-backs vivaces. Ce sont ces allers et retours entre le passé et le présent qui permettent de comprendre ce qui hante encore aujourd’hui ce personnage, et l’aide à dénouer ce qu’elle n’a pas compris ou voulu voir durant sa jeunesse.
Seul véritable refuge pour les personnages, la musique permet aussi bien de dissimuler la vérité que de s’échapper un moment. Un bel exemple de l’ambivalence qui règne dans cette série mystérieuse et angoissante. "Contrairement à Big Little Lies, série pour laquelle toutes les stars étaient partantes pour revenir, Sharp Objects est très sombre", a expliqué Casay Bloys, président des programmes de HBO à Deadline. "Amy [Adams] ne veut pas incarner ce personnage à nouveau et je comprends tout à fait, c’est difficile pour une actrice, c’est pourquoi il n’y aura pas de saison 2". De quoi donner envie de découvrir la prestation de l'actrice, qui n'aurait pas volé une nomination aux prochains Emmy Awards. 

"Sharp Objects", disponible en DVD et Blu-Ray à partir du 28 novembre, 19,99 €.

Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus