"Run" : l'irrésistible comédie noire produite par Phoebe Waller-Bridge "Run" : l'irrésistible comédie noire produite par Phoebe Waller-Bridge

Séries 

"Run" : l'irrésistible série à l'humour noir produite par Phoebe Waller-Bridge par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 17 Avril 2020

Phoebe Waller-Bridge et sa BFF, Vicky Jones, refont équipe après "Fleabag". Cette fois, c’est Vicky qui prend les rênes du show. Avec "Run", elle signe une œuvre qui est une vraie bouffée d’oxygène.

L’histoire d’un pacte
C’est l’histoire de deux amants qui ont passé un pacte 15 ans plus tôt lorsqu’ils étaient ensemble à la fac. Si l’un des deux envoie un SMS avec le mot "RUN" et si l’autre répond "RUN" dans la foulée, ils doivent tout plaquer dans la seconde pour se retrouver à la gare de Grand Central à New York. De là, ils doivent sauter dans un train et traverser ensemble le pays. La série s’ouvre sur Ruby (géniale Merritt Wever) dans sa voiture qui reçoit un appel de son mari qui la prend visiblement pour son assistante. Juste après, elle reçoit le SMS de Billy (formidable Domhnall Gleeson). Surprise, déstabilisée, visiblement au bout de sa vie… elle lui répond du tac au tac. À peine une minute vient de s’écouler et on entre déjà dans le feu de l’action.

© HBO

Drôle et sexy
L’alchimie entre Merritt Wever et Domhnall Gleeson est immédiate. Ils sont incroyablement sexy ensemble et la tension sexuelle s’installe dès les premières minutes de leurs retrouvailles. Pas évident d’installer un couple en si peu de temps, et pourtant on adhère aussitôt. Malgré l’étrangeté de la situation. Malgré les 15 années durant lesquelles ils ne se sont pas vus. Ils n’ont pas besoin de raviver l’étincelle, on devine le feu incandescent qui s’apprête à les dévorer. À côté de cela, il y a la drôlerie. À cause de l’étrangeté de la situation. À cause des 15 années durant lesquelles ils ne se sont pas vus… Et ont forcément changé. Run s’amuse avec les codes de la comédie romantique pour mieux lui tordre le cou, tout en jouant le jeu mais différemment. 

© HBO

Panier surprise
L’élément le plus drôle est peut-être le fait que Billy et Ruby n’essaient pas tant de fuir ensemble que de retrouver les versions jeunes et fougueuses d’eux-mêmes. Ce qu’ils sont devenus, comparé à ce qu’ils rêvaient d’être ne correspond pas forcément à l’image qu’ils s’étaient forgés. Entre rêves et désillusions, il y a une forme de récit initiatique pour trentenaires pas tout à fait finis… On ne rentrera pas dans les détails pour ne rien divulgâcher, mais Run ne se contente pas tout à fait d’être la sympathique petite comédie acide qu’elle essaie de nous vendre au départ. Quelques twists viennent semer la zizanie dans cette drôle d’échappée belle. Pour cela, il faut lui donner sa chance et attendre la mi-saison. Ça tombe bien, cette première salve compte sept épisodes. La patience sera vite récompensée !

"Run", une série créée par Vicky Jones avec Merritt Wever, Domhnall Gleeson, Archie Panjabi… Disponible à partir du 13 avril 2020 sur OCS City.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires