"Osmosis" : Netflix se loupe avec son "Black Mirror" à la française "Osmosis" : Netflix se loupe avec son "Black Mirror" à la française

Séries 

"Osmosis" : Netflix se loupe avec son "Black Mirror" à la française par Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 28 Mars 2019

Après "Marseille" et "Plan Cœur", Netflix sort sa nouvelle production française : "Osmosis". Une série d’anticipation avec Agathe Bonitzer ("La Belle personne", "Le Mariage à trois") et Hugo Becker ("Gossip Girl", "Baron Noir").

Cette nouvelle série d’anticipation produite par Netflix raconte l’histoire de Paul (Hugo Becker) et de sa sœur Esther (Agathe Bonitzer), tous deux à la tête d’une start-up qui devrait révolutionner les relations amoureuses. Osmosis est un implant qui permet de visualiser la tête de son âme sœur. Plus besoin de chercher l'amour donc, il vient à vous. Premier cobaye, Paul vit en couple et connecté avec la femme désignée par l’application. D’autres candidats se sont portés volontaires pour laisser la technologie diriger leurs affaires de cœur, avant que la France entière ne découvre cette avancée technologique qui fait débat avant même son lancement.

Sur le papier, Osmosis vendait du lourd. Son pitch alléchant, basé sur une websérie d’Arte Creative de 2015, promettait de remettre en cause le contrôle des nouvelles technologies sur nos vies. Après le flop critique de Marseille, le succès de Plan Cœur laissait penser que Netflix se trouvait sur une nouvelle lancée positive en France. Pourtant, Osmosis se prend les pieds dans le tapis et peine à happer le spectateur. Et ce, après le visionnage des deux premiers épisodes. Des acteurs qui peinent à convaincre, des personnages trop froids, de nombreuses intrigues floues sans qu’aucune ne se distingue par rapport à une autre, une thématique futuriste sous-exploitée, des dialogues qui n’en finissent pas et un genre indécis qui hésite entre la science-fiction et la comédie romantique… La série s’annonce comme une version française ratée de Black Mirror. Sa trame narrative semble d’ailleurs s’inspirer de l’épisode Hang the DJ (le quatrième de la saison 4). On sait déjà que l’on ne regardera pas le reste de la saison…

"Osmosis", disponible le 29 mars 2019 sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires