"Never Have I Ever" : Mindy Kaling signe le meilleur teen-show de Netflix "Never Have I Ever" : Mindy Kaling signe le meilleur teen-show de Netflix

Séries 

"Never Have I Ever" : Mindy Kaling signe le meilleur teen-show de Netflix par Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 13 Mai 2020

L’actrice, scénariste et productrice Mindy Kaling a imaginé la teen série parfaite pour Netflix. "Never Have I Ever" ("Mes premières fois" en VF) suit l’histoire de Devi, une lycéenne qui a subitement perdu son père et est déterminée à perdre sa virginité.

Jane The Virgin et Never Have I Ever affichent de nombreuses similarités : voix off (l’histoire est mystérieusement narrée par l’ex joueur de tennis américain John McEnroe), familles traditionnelles issues de minorités jamais rarement mises en avant dans les productions américaines… Ces deux comédies abordent également des sujets plus profonds et nous font passer du rire aux larmes en quelques secondes. La ressemblance s’arrête pourtant ici entre ces deux séries réussies. Dans cette nouvelle production Netflix, Devi est une adolescente américaine dont les parents ont émigré d’Inde. Après le décès soudain de son père, cette brillante étudiante se retrouve paraplégique avant de retrouver toutes ses facultés quelques semaines plus tard. Avec ses deux copines, en réaction, elles se mettent en tête de devenir populaires en sortant avec des mecs cools du lycée. Devi jette alors sont dévolu sur l'irrésistible Paxton Hall-Yoshida. 



Une série biographique

Jusqu’à présent, Mindy Kaling écrivait surtout des rôles pour elle (The Mindy Project, The Office). Avec Never Have I Ever, l’Américaine signe une comédie dramatique largement autobiographique, qu'elle choisit délibérément de situer aujourd'hui afin de parler à la jeunesse actuelle. Son héroïne, Devi, est une américaine-indienne basée à Los Angeles. Tout comme la star, la jeune fille a perdu l’un de ses parents. Dans le cas du personnage, il s’agit de son père qui a succombé à une attaque, tandis que Mindy Kaling a perdu sa mère d’un cancer en 2012. “Accepter et être fière de mon côté indien fait partie intégrante de cette série” a confié la créatrice à The Indian Express. Et c’est exactement le message que fait passer Never Have I Ever : on est plus heureux quand on réussit à célébrer nos origines et notre identité, même à une période charnière de la vie. 

 Une comédie romantique mais pas que

S’il s’agit d’une comédie romantique écrite autour d’un triangle amoureux, ce teen-show s’articule autour d’un scénario juste et moderne qui passe d’une vidéo de danse TikTok à un passage chez une psychologue. Sans fausse note et sur une bande-originale bien choisie, l’écriture révèle toute la difficulté du passage à l’âge adulte en alternant les passages triviaux de la vie et des moments plus profonds sur des sujets comme le deuil, le mariage arrangé et le coming out. Surtout, la notion d’amitié reste primordiale : être une bonne copine, voici le but ultime de l’héroïne. Il est aussi agréable de noter que la série ne met pas en avant une rivalité entre filles. 

La nouvelle star

A l’heure où les réseaux sociaux représentent souvent une injection à être cool et heureux, Never Have I Ever s’attache à déconstruire ce mythe. Le beau gosse du lycée qui cache que sa sœur est atteinte de trisomie "pour la protéger", le riche aux bonnes notes qui souffre de l'absence de ses parents… aucun personnage ne fait exception, dévoilant chacun à leurs tours faiblesses.
Au-delà de l’écriture, la magie opère grâce à un casting incroyable, seconds rôles inclus. Parce que oui, Netflix tient son nouveau Noah Centineo : Darren Barnet, un inconnu américano-japonais au trio gagnant, soit un regard de braise, des abdos et un petit sourire irrésistible. Mais c’est Maitreyi Ramakrishan et son aisance désarmante qui lui volent la vedette. La jeune actrice incarne avec justesse une adolescente, qui en plus de ses tracas quotidiens, fait face à une douleur plus difficile à surmonter. Et réussit à la fois à nous faire rire aux éclats et à verser de grosses larmes à de nombreuses reprises. 

Never Have I Ever, actuellement sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires