Netflix : pourquoi la série "Siempre Bruja" (" L'éternelle sorcière ") est à mettre à la poubelle Netflix : pourquoi la série "Siempre Bruja" (" L'éternelle sorcière ") est à mettre à la poubelle

Séries 

Netflix : pourquoi la série "Siempre Bruja" est à mettre à la poubelle par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 8 Février 2019

Mise en ligne le 1er février 2019, la série "Siempre Bruja" ("L'éternelle sorcière") était très attendue par les internautes. Mais au lieu de l’œuvre progressiste espérée, les fans de la plateforme se sont retrouvés face à un scénario pour le moins problématique… Explications.

Après un sévère bad buzz pour sa série Insatiable, mise en ligne en août 2018 et jugée grossophobe, Netflix fait de nouveau polémique sur une question identitaire. Cette fois-ci, c’est Siempre Brujas qui fait l’objet de la polémique. On y retrouve Carmen, jeune esclave afro-colombienne et apprentie sorcière du 17ème siècle, envoyée à cause d’un sortilège dans le monde moderne. Elle y découvre les gyroskates, la mode, et se démène pour accomplir une mission confiée par un sorcier, bien loin du Carthagène de l’époque coloniale (la ville colombienne qui sert de décor à la série). Problème : la mission de Carmen a pour but de sauver son amour du passé, qui n’est autre que le fils de l’homme blanc qui l’a réduite en esclavage.

Un scénario absurde, selon de nombreux internautes. Mais surtout raciste, puisqu’il met en scène une esclave noire soumise aux Blancs au point de vouloir sauver ses propres tortionnaires, le scénario cherchant à romantiser une situation insoutenable. Et la déception est d’autant plus grande côté public que rien dans le trailer ne laissait présager un tel scénario. Au contraire, il mettait en avant l’actrice colombienne afro-descendante Angely Gaviria – une exception dans la pop culture, qui invisibilise cette communauté. La série a en plus été mise en ligne le premier jour du Black History Month, célébration annuelle de la diaspora africaine aux Etats-Unis, qui a lieu en février chaque année. Un timing plus que douteux, son scénario ne tenant pas compte du contexte actuel dans le pays… "En Colombie, les afros-descendants représentent 11 % de la population totale, rappelle Télérama dans un article consacré à la série, et sont encore victimes d’un racisme assumé, en particulier à Carthagène". La levée de bouclier actuelle sur les réseaux obligera peut-être Netflix à ne pas donner de saison 2 à la série.

A. F.-M. avec C.C.-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings