"La Guerre des mondes" : Canal+ déçoit avec sa mini-série catastrophe "La Guerre des mondes" : Canal+ déçoit avec sa mini-série catastrophe

Séries 

"La Guerre des mondes" : Canal+ déçoit avec sa mini-série catastrophe par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 28 Octobre 2019

Cette coproduction franco-britannique adapte à sa sauce le roman culte de H.G. Wells. Malgré une réalisation sobre et efficace et un très joli casting, ses personnages peinent à susciter un quelconque intérêt.

Faux départ
Ce n’est pas parce qu’on connaît l’histoire par cœur – celle d’une attaque extraterrestre soudaine et implacable – qu’on peut se permettre de la bâcler. C’est pourtant le sentiment qui domine dès le premier épisode. Le démarrage est, il faut le dire, particulièrement raté. Le cadre est donc contemporain et l’action se déroule entre la France et l’Angleterre. L’ouverture suit en parallèle une séance de tatouage d’une jeune femme aveugle et la routine matinale de Catherine (Léa Drucker), laquelle part rejoindre son lieu de travail à savoir l’observatoire de l’Institut de Radio-Astronomie Millimétrique perché dans les Alpes. Puis on reste dans les cimes où Catherine repère un signal sur une fréquence impossible. À peine sept minutes viennent de s’écouler et on comprend déjà que ce signal n’a rien d’anodin et qu’il est d’origine extraterrestre. Autant dire que la série ne perd pas de temps pour démarrer son action. Pourtant, elle a oublié un élément essentiel : aucune introduction des personnages. Celle-ci vient après. Brièvement et maladroitement. On découvre ainsi en coup de vent : une famille britannique, celle de la jeune femme aveugle qui (tiens, tiens) se montrera réceptive au fameux signal ; un neurobiologiste (interprété par Gabriel Byrne) parce qu’un neurobiologiste ça s’avère indispensable en cas d’attaque extraterrestre ; son ex-femme (Elizabeth McGovern) qui aimerait qu’il lui lâche les baskets et un migrant venu d’Afrique (pour les quotas).

Le Walking Dead du pauvre
Sans surprise, l’immense majorité de la population mondiale est décimée avant la fin du premier épisode – on vous laisse découvrir comment – et on s’étonne quand même de voir un si petit nombre de victimes ! Budget oblige, les rues de Londres et Paris censées être jonchées de cadavres et de voitures apparaissent aussi désertes qu’un dimanche matin au mois d’août ! À partir de là, il s’agira surtout de suivre ces protagonistes qu’on ne connaît pas et d’autres dans leur démarche de survie.

Dans son roman, H.G. Wells utilisait l’invasion extraterrestre comme métaphore afin de dénoncer l’hégémonie de l’empire britannique et de sa Royal Navy. En 2005, lorsque Steven Spielberg a adapté ce même roman dans un film avec Tom Cruise, l’ennemi extraterrestre qui surgissait des tréfonds de la terre représentait les cellules dormantes terroristes d’Al Qaïda après les attentats du 11 septembre. Ici, on peine à deviner à quoi cette attaque fait référence. Des six épisodes (sur huit) que nous avons pu voir, aucune réelle mythologie ne se met vraiment en place. Une représentation de l’ennemi rappelle – attention, demi-spoiler – celui de "Metalhead" dans la saison 3 de Black Mirror. On repassera donc pour l’originalité. Les épisodes s’égrainent dans une ambiance de survivalisme déjà vue et revue. Et alors que la série fait le pari de l’anti-spectaculaire, elle devrait justement mettre l’accent sur ses personnages. Malheureusement, six épisodes plus tard, ces derniers et les nouveaux qui arrivent en cours de route ne suscitent toujours aucun réel intérêt...

"La Guerre des mondes", une série créée par Howard Hoverman avec Léa Drucker, Gabriel Byrne, Elizabeth McGovern… Dès le lundi 28 octobre à 21h sur Canal+

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires