"I Know This Much Is True" : une série où Mark Ruffalo nous bouleverse "I Know This Much Is True" : une série où Mark Ruffalo nous bouleverse

Séries 

"I Know This Much Is True" : une série où Mark Ruffalo nous bouleverse par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Mercredi 27 Mai 2020

Dans cette mini-série intense, Mark Ruffalo interprète des frères jumeaux que la vie n’a pas épargnés. Douloureux mais d’une justesse inouïe, ce drame ébranle et secoue même les âmes les plus coriaces. Sortez vos mouchoirs.

Adaptation d’un best-seller
Au départ, il y a La Puissance des vaincus, un roman coup-de-poing de Wally Lamb paru en 1998 et figurant dans la fameuse liste des best-sellers du New York Times. En 2000, il est question d’une adaptation au cinéma avec Matt Damon. Le film ne voit finalement jamais le jour et les droits reviennent à Wally Lamb. Ce dernier suggère une adaptation en mini-série, un médium mieux approprié pour une œuvre très dense. Surtout, il imagine Mark Ruffalo dans les rôles de Thomas et Dominick Birdsey. Ruffalo lit le livre et écrit un email à son auteur pour lui dire qu’il adorerait interpréter ces rôles forts. Ruffalo propose alors le projet à Derek Cianfrance – auteur des films remarqués Blue Valentine et The Place Beyond The Pines – avec qui il voulait travailler depuis un moment. Cianfrance et Ruffalo reçoivent un blanc-seing de Lamb qui les laisse totalement libres de l’adaptation.

Une histoire poignante
À Three Rivers, une ville fictive du Connecticut, Thomas et Dominick Birdsey, frères jumeaux nés après-guerre et d’origine sicilienne, mènent une existence chahutée. Divorce, deuils, maladie ponctuent leur vie. Ils ignorent l’identité de leur père. Et leur mère (Melissa Leo) décède d’un cancer en emportant son secret. Tout empire le jour où, à la bibliothèque municipale, Thomas décide de se trancher la main droite en signe de protestation contre la guerre du Golfe. Thomas, atteint de troubles psychiatriques mais qui parvenait jusqu’alors à éviter l’internement, est envoyé dans un établissement aux règles bien trop strictes pour lui. Dominick va alors tout tenter pour l’en sortir. Mais Dominick est seul, divorcé de Dessa (Kathryn Hahn, toujours parfaite) après le décès de leur enfant. Aidé par Lisa Scheffer (Rosie O’Donnell, bluffante), une assistante sociale et le Dr Patel (Archie Patel, impeccable), Dominick parcourt un chemin personnel pour accepter la maladie de son frère et aussi creuser le passé de sa famille, parsemé de lourds non-dits.

Mark Ruffalo au sommet
Il ne fait nul doute que Mark Ruffalo va récolter une foule de prix pour ses interprétations sans failles. Dans la peau de Thomas, l’acteur de 47 ans n’est qu’empathie avec cet homme qui souffre de schizophrénie paranoïaque et qui apparaît totalement vulnérable. Dans le rôle de Dominick, à fleur de peau, meurtri par le deuil et désemparé, il incarne un véritable martyr qui endure plus de souffrance qu’il est humainement possible. Les six épisodes s’enchaînent comme un véritable chemin de croix, aussi bien pour Dominick et Thomas que pour le téléspectateur. Il faut parfois s’armer de courage pour ne pas sombrer avec les personnages. La série offre un condensé d’émotions digne de The Leftovers ou de Six Feet Under. Il y est question de culpabilité, de pardon, de résilience… Pour autant, il ne faudrait pas que cet exercice cathartique dissuade de regarder la série jusqu’au bout. Malgré les épreuves, redoutables, la conclusion se montre plus optimiste qu’attendu.

I Know This Much Is True, une série créée par Derek Cianfrance avec Mark Ruffalo, Kathryn Hahn, Archie Panjabi… Sur OCS City et OCS Go.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires