Hunters : Al Pacino chasse les nazis sur Amazon Hunters : Al Pacino chasse les nazis sur Amazon

Séries 

"Hunters" : Al Pacino chasse les nazis sur Amazon par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 10 Mars 2020

Nouveau blockbuster d’Amazon, "Hunters" raconte une uchronie fantasque et sanglante à base de nazis, de chasseurs de nazis et de vilains complots. Résultat en demie teinte. Explications.

Qui part à la chasse…
À New York à la fin des années 1970, Jonah (Logan Lerman), orphelin de ses deux parents, vit seul avec sa grand-mère survivante des camps. Le jeune homme va vivre un drame supplémentaire en assistant au meurtre de sa safta (grand-mère en hébreu) dans leur maison en pleine nuit. Lors de ses funérailles, il fait la connaissance de Meyer Offerman (Al Pacino), lui aussi survivant des camps et un ami proche de sa safta. Ce dernier consacre sa vie et sa fortune à chasser d’anciens dignitaires nazis qui vivent planqués aux Etats-Unis, grâce à un programme secret en échange de leurs connaissances scientifiques pour le développement du pays. Pire, il met à jour le complot que ces derniers fomentent depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale : faire un coup d’État et fonder un IVème Reich. Démarre alors une épopée sanglante où des nazis se font méchamment étriller.

Tarantinesque
Impossible de ne pas penser à Quentin Tarantino et son Inglourious Basterds en voyant Hunters. La série plonge à pieds joints dans un style pop, mêlant ultra-violence, humour et clins d’œil aux films de genre, les fameux B-movies que Tarantino affectionne tant. À l’écran, le résultat est détonnant. L’équipe hétéroclite d’impitoyables chasseurs montée par Meyer Offerman fait penser à un mélange entre Mission impossible et L’Agence tous risques. Les comics sont également une puissante source d’inspiration. David Weil, le créateur de la série, l’explique par ses souvenirs d’enfance. Il a créé Hunters en voulant faire une déclaration d’amour à sa grand-mère, rescapée de la Shoah. Enfant, il se souvient de la façon dont il percevait ses récits au sein du camp de concentration. Pour lui, c’était des histoires de super-héros. Adulte, c’est ainsi qu’il le raconte.

Confusion des genres
Mais ce style haut en couleurs est contrebalancé par des séquences de flashbacks qui reconstituent les horreurs perpétrées dans les camps par les nazis. L’une d’elles a suscité une polémique qui a provoqué l’ire du mémorial d’Auschwitz. Cette scène représente un échiquier humain où les prisonniers sont sacrifiés. Un supplice qui n’a jamais réellement existé. David Weil a répondu en expliquant qu’il ne voulait pas faire de reconstitution historiquement fidèle car il ne voulait pas reproduire à l’écran les véritables sévices perpétrés par les nazis. La série oscille donc entre un ton très sérieux qui vise à dénoncer le nazisme en montrant toute la barbarie derrière cette idéologie et une représentation presque potache de ses héros qui dézinguent des méchants comme dans un jeu vidéo. Ce grand écart, même bien intentionné, s’avère malaisant à bien des égards et gâche une série qui aurait pu être une franche réussite.

"Hunters", une série créée par David Weil avec Al Pacino, Logan Lerman, Jerrinka Hinton… Sur Amazon Prime Video.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires