"Four Weddings and a Funeral" : une série qui n'arrive pas à la cheville du film "Four Weddings and a Funeral" : une série qui n'arrive pas à la cheville du film

Séries 

"Quatre mariages et un enterrement" : une série qui n'arrive pas à la cheville du film par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 5 Août 2019

La plateforme Hulu vient de sortir son remake de la comédie romantique culte, "Quatre mariages et un enterrement", de Richard Curtis par Mindy Kaling et Matt Warburton. On vous dit tout.

Vrai faux reboot
À l’heure où Hollywood s’est décidé à se lancer dans une grande opération de recyclage de tout ce qui un jour a pu rapporter des millions, Mindy Kaling – ex Kelly de The Office et créatrice/héroïne de The Mindy Project – et son complice Matt Warburton ont préféré prendre la branche "produit dérivé" plutôt que celle du "remake" pur et dur. Cette mini-série en dix épisodes n’est pas vraiment un reboot du film de 1994 et tant mieux. Elle en reprend le principe et le contexte, soit un groupe d’amis qui se retrouve autour de cinq événements plus ou moins heureux. Changement majeur : ils sont majoritairement américains mais implantés à Londres après en être tombés amoureux lors d’un semestre d’étude (histoire d’au moins respecter le décor), et ils ne sont plus tous blancs. Dans cette version remixée, le personnage de Hugh Grant apparaît désormais sous les traits de Nathalie Emmanuel (ex Missandei de Game of Thrones), alias Maya, rédactrice de discours pour un homme politique qui est aussi son amant. Elle part à Londres pour le mariage de sa meilleure amie et rencontre à l’aéroport son Andie MacDowell, à savoir Kash interprété par Nikesh Patel qui se révélera être le futur marié...! Autour d’eux, il y a aussi Duffy (John Reynolds) qui a le béguin pour Maya depuis une dizaine d’années. Ainsley est la meilleure amie de Maya / fiancée de Kash et, accessoirement, la fille de Hugh Grant et Andie McDowell (laquelle fait d’ailleurs une brève apparition). Il y a aussi Gemma, la voisine ultra posh et snob d’Ainsley, en pleine compétition avec Maya pour le titre de meilleure amie et Craig, le séducteur de la bande qui a enfin réussi à se caser avec une Anglaise haute en couleurs. 

Plus ou moins réussi
Le copier-coller aurait été une énorme méprise tant le film de Curtis est profondément ancré dans l’imaginaire collectif de plusieurs générations. Dès sa sortie en 1994, il avait réussi à s’établir comme l’un des standards incontestés de la comédie romantique. Une autre difficulté se serait imposée à cette ascension de l’Everest : étendre deux heures d’un film bien ficelé sur dix épisodes. On y trouve un avantage, celui d’être dans l’obligation de développer des personnages secondaires et de leur donner une autre consistance que celle d’acolyte. L’autre bonne idée est évidemment de diversifier le casting et de proposer des actrices et acteurs venus d’autres horizons, d’autres cultures en les sortant des éternels rôles de seconds couteaux et de faire-valoir. Heureusement, un film comme Crazy Rich Asians et ses descendants ont ouvert la voie à ce nouveau chapitre. Cela marche particulièrement bien avec Nathalie Emmanuel qui révèle des aptitudes tout à fait convaincantes de comédie. Joli minois, air mutin et un timing parfaitement ajusté, elle coche toutes les cases requises pour le rôle. Quant à Nikesh Patel, il a tou du charmant jeune homme qui fait fondre l’audience. Cependant ce petit plus reste trop succinct pour justifier cette redite. Si cette mini-série est incontestablement une plaisante distraction, il faut bien reconnaître qu’elle ne parvient jamais à capturer la magie du film original. Tout vient justement de la comparaison inévitable avec le film de Curtis, ce qui porte préjudice à la série. Un changement de titre et une narration un peu moins tournée autour des rassemblements contraints par les circonstances aurait joué en faveur de cette nouvelle production et favorisé un arbitrage un peu moins sévère. De plus, alors que chaque personnage est attachant individuellement, on peine à croire à l’amitié de ce groupe censé être hyper soudé. Des petits détails qui font de Four Weddings and a Funeral une chouette série, mais pas la comédie romantique de l’été.

"Four Weddings and a Funeral", créée par Mindy Kaling et Matt Warburton avec Nathalie Emmanuel, Nikesh Patel, Rebecca Rittenhouse… Depuis le 31 juillet sur Hulu, encore inédite en France.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires