"Family Business" : la série française de Netflix nous laisse stone "Family Business" : la série française de Netflix nous laisse stone

Séries 

"Family Business" : la série française de Netflix nous laisse stone par Magali Bertin

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 2 Juillet 2019

Pour sa nouvelle production française "Family Business", Netflix a misé sur un casting qui vend du rêve : Gérard Darmon, Jonathan Cohen, Liliane Rovère et Julia Piaton, dirigés par Igor Gotesman ("Five", "Le Nouveau", etc.). L’histoire ? Une famille de bouchers se lance dans le commerce de cannabis. Alors, ça envoie du steak ?

Le pitch de Family Business  ne se distingue pas pour son originalité. Joseph Hazan (Jonathan Cohen), serial loser, apprend "de source sûre" que le cannabis va être légalisé et décide de se lancer dans le commerce de la beuh. Il entraîne avec lui toute sa famille, pour transformer la boucherie familiale en "Beuhcherie" (humour). Ce n’est pas sans rappeler bon nombre de séries américaines adoubées aussi bien par la critique que par le public, comme Weeds ou Breaking Bad. Voilà qui place la barre haute.  

Malgré un format assez court de 30 minutes en moyenne, les trois premiers épisodes paraissent longs. Heureusement que le casting est là pour nous donner envie de continuer. Il faut dire qu’en misant sur Gérard Darmon et Jonathan Cohen, Netflix a assuré. Et le duo fonctionne. Si on ne rit pas à gorge déployée toutes les trente secondes comme on l’avait espéré, l’ambiance reste agréable tout du long. On retrouve aussi avec joie Liliane Rovère (Arlette dans 10 pour Cent), géniale en mémé gueularde et audacieuse et Julia Piaton (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu), qui assure la partie "inclusivité" en incarnant une jeune femme lesbienne. Mais notre rôle préféré est attribué à Clémentine, incarnée par Louise Coldefy. Cette hurluberlue totalement zinzin est le point de départ de l’histoire, mais ce n’est qu’à la fin de la série que son rôle prend de l’ampleur. Dommage, on en veut plus !

Family Business commence vraiment à nous happer autour du 5ème épisode. Dommage, la série n’en comporte que 6. Même si certaines ficelles sont grosses et plusieurs passages un peu trop attendus - la gendarmerie qui s’installe à côté de la plantation de la famille par exemple – on a passé un bon moment à suivre les échecs à répétition de la famille Hazan. La série ne restera peut-être pas dans les annales, mais elle nous aura fait notre weekend.

"Family Business", disponible sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires